INGÉNIEuRS DE TOuS LES POSSIBLES
École d'Ingénieurs reconnue par l'État depuis 1922
Diplôme d'Ingénieur habilité par la CTI
Membre de la Conférence des Grandes Écoles (CGE)
Membre de l'Union des Grandes Écoles Indépendantes (UGEI)

Le blog de l'ESME Sudria

Vous êtes ici :

La remise des titres de la promotion 2015 de l'ESME Sudria en vidéo

  • 28/04/2016

Moment fort du cursus de l'ESME Sudria, la cérémonie de remises des titres permet aux étudiants d'enfin endosser ce costume d'ingénieur pour lequel ils ont tant travaillé. Retour en vidéo sur la cérémonie qui a célébré la promo 2015, en compagnie de Véronique Bonnet, directrice générale déléguée de l'école, Stéphane Crézé (ESME Sudria promo 1994), parrain de la promotion et chef de projet Urgences & SAMU - AP-HP - CCS ainsi que trois jeunes diplômés : Olivier Antunes, diplômé de la filière International, Marilyse Lallier, major 2015 de la Formation par l'apprentissage et Marc Lemaire, diplômé de la filière Energie et Systèmes.




Partager cet article:

Les ingénieurs de la promotion 2015 de l'ESME Sudria à l'honneur

  • 26/04/2016

Le vendredi 15 avril 2016, les étudiants de la promotion 2015 de l'ESME Sudria étaient réunis à la Maison de la Mutualité (Paris 5e) pour un temps fort de leur parcours : la remise de leur titre d'ingénieur devant leurs proches, la direction du Groupe IONIS, les équipes pédagogiques de l'école et des Anciens venus les applaudir. Ceux qui construiront le monde de demain ont ainsi pu fêter de la plus belle des manières leur entrée dans la vie active.

ceremonie_remise_titres_ingenieurs_etudiants_diplomes_majors_promotion_2015_esme_sudria_parrain_directrice_ionis_education_group_avril_2016_00.jpg
Ils étaient plus de 200 à attendre ce moment récompensant plusieurs années de travail à accomplir, de projets à mener, de nouvelles technologies à découvrir et de connaissances à acquérir. Réunis dans la grande salle de la Maison de la Mutualité, l'ensemble des étudiants de la promotion 2015 de l'ESME Sudria avaient enfin l'occasion de savourer ce prestigieux statut d'ingénieur et le chemin parcouru depuis leur entrée à l'école pour y arriver. « Vous êtes désormais dans la vie professionnelle et vous découvrez, j'espère, que l'on vous attend, que l'on compte sur vous, sur votre énergie, votre envie, votre enthousiasme, confiait Marc Sellam, président-directeur général de IONIS Education Group, à ces jeunes diplômés qui viennent encore agrandir la famille des ingénieurs formés par l'école. Et votre énergie, votre envie, votre enthousiasme se nourrissent de cette attente. Ingénieurs, vous êtes une ressource précieuse et recherchée. Mais nous sommes dans un monde où tout se complexifie car les savoirs sont évolutifs, accessibles à tous et en croissance rapide. Ne vous laissez pas distancer, continuez à vous former, intéressez-vous à tout ce qui fait l'entreprise : le management, la finance, le marketing, la communication, la vente car, de près ou de loin, tout cela vous concerne ou vous concernera. » Pour Fabrice Bardèche, vice-président exécutif de IONIS Education Group, cette soirée était aussi l'occasion de rappeler les attentes placées dans ces nouveaux professionnels. « Aujourd'hui, on vous cherche. Forcément, vous avez des compétences que l'on cherche : c'est la chance que vous avez et que nous avons pour nos écoles. C'est aussi une fierté. Demain, on va vous aimer pour vos qualités, sur celles que vous allez développer en entreprise. L'une d'elle est la responsabilité : on attend de vous que vous meniez vos projets jusqu'au bout, de A à Z, tout le temps. Aller au bout, finir, se sentir responsable de tout. Quand quelque chose ne marche pas, ne dites pas : "C'est la faute d'untel !" Quelle que soit votre place dans le projet, dites-vous toujours que c'est de votre faute. Il n'y a que comme ça que vous gagnerez, il n'y a que comme ça que vous progresserez et il n'y a que comme ça qu'on vous aimera. Ne portez pas tous les péchés du monde, partagez vos idées et avancez le plus vite possible. »

ceremonie_remise_titres_ingenieurs_etudiants_diplomes_majors_promotion_2015_esme_sudria_parrain_directrice_ionis_education_group_avril_2016_05.jpg

Marc Sellam et Fabrice Bardèche

ceremonie_remise_titres_ingenieurs_etudiants_diplomes_majors_promotion_2015_esme_sudria_parrain_directrice_ionis_education_group_avril_2016_04.jpgDes atouts et un potentiel qui ne demandent qu'à s'exporter en France et dans le monde
Également présents pour féliciter les majors (voir encadré) et l'ensemble des diplômés, Véronique Bonnet, directrice générale déléguée de l'école et Stéphane Crézé (ESME Sudria promo 1994), parrain de la promotion 2015 et chef de projet systèmes d'information à l'AP-HP avaient aussi quelques mots à adresser aux ingénieurs. « Je suis intimement convaincue de l'immense potentiel dont sont dotés les ingénieurs de l'ESME Sudria, déclarait ainsi Véronique Bonnet. Ce potentiel est aujourd'hui le vôtre et c'est à vous de le faire fructifier. L'école s'est fixée comme objectif de former des ingénieurs capables de relever quatre enjeux technologiques majeurs pour notre société : celui de la transition énergétique, celui de la mobilité et de la communication, celui de la santé et de l'aide à la personne et, enfin, celui de l'intelligence numérique. Les perspectives qui s'offrent à vous, en France et partout dans le monde, sont immenses. Je suis certaine que chacune et chacun d'entre vous saura trouver sa place. » Quant à Stéphane Crézé, qui était à la place des diplômés il n'y a encore pas si longtemps, il profitait de ce moment rare pour rassurer ces jeunes professionnels en prenant à cœur son rôle de parrain. « Je leur vois deux atouts. La polyvalence déjà, avec l'apprentissage de multitude de sciences et de techniques de l'ingénieur qui leur permettront de décloisonner les domaines de compétences et les métiers. Ensuite, les challenges lancés par l'équipe pédagogique de l'école leur ont permis de développer leur autonomie et ça, c'est un atout essentiel dans le métier d'ingénieur. »

ceremonie_remise_titres_ingenieurs_etudiants_diplomes_majors_promotion_2015_esme_sudria_parrain_directrice_ionis_education_group_avril_2016_01.jpg

Stéphane Crézé et Véronique Bonnet


Cinq majors pour la postérité
Si tous les ingénieurs formés par l'ESME Sudria sont méritants, chaque remise des titres permet à une poignée d'entre eux de se distinguer. Eux, ce sont les majors de promotion. Pour la cuvée ESME Sudria 2015, ce sont Brian Françoise (Energie et Systèmes), Asmaa Ghoumari (Intelligence Numérique et Data), Arnaud Kawka (Systèmes Embarqués et Electronique), Marilyse Lallier (Formation par l'apprentissage) et Marc-Antoine Porri (Images, Signaux et Réseaux) qui se voient ainsi double honorés ! Félicitations à eux !

ceremonie_remise_titres_ingenieurs_etudiants_diplomes_majors_promotion_2015_esme_sudria_parrain_directrice_ionis_education_group_avril_2016_02.jpgMarilyse Lallier et Arnaud Kawka

Partager cet article:

Envie de rejoindre une start-up innovante et ambitieuse ? Participez à la Job Fair organisée par le NUMA et IONIS361, le mardi 3 mai 2016

  • 18/04/2016

Vous êtes un(e) étudiant(e) ou un(e) futur(e) jeune diplômé(e) et souhaitez dénicher la start-up de vos rêves pour un stage, une alternance ou un premier emploi ? Le Numa, acteur incontournable de l'innovation en France et IONIS361, le premier incubateur national, généraliste et multi-écoles alimenté par les étudiants et les diplômés des écoles du Groupe IONIS, ont pensé à vous ! En effet, le mardi 3 mai 2016, les deux entités s'associent pour vous proposer une Job Fair de 18 h et 20 h sur le Campus numérique et créatif Paris Centre.

ionis361_incubateur_numa_evenement_job_fair_etudiants_diplomes_stages_emplois_alternance_offres_start-ups_innovation_business_rencontres_mai_2016_ionis_education_group_ipsa_esme_sudria.jpg
Lors de cette journée spéciale, les start-ups de IONIS361 et du Numa présenteront leurs différentes offres professionnelles. Autant d'opportunités pour :

  • appréhender la « vie start-up » et aborder les multiples aspects de l'entreprise avec de fortes responsabilités
  • faire un premier pas vers un projet personnel de création d'entreprise
  • rejoindre une start-up sur le long terme afin de participer à sa croissance et son succès.

Le Numa et IONIS361 vous invitent à la Job Fair
Le mardi 3 mai 2016, de 18 h et 20 h au Campus numérique et créatif Paris Centre
95 avenue Parmentier
75011 Paris

Accès :
Métro : Ligne 3, arrêt Parmentier / Saint-Maur

Événement gratuit

Inscription obligatoire (dans la limite des places disponibles) via la page dédiée

Retrouvez IONIS361 sur son site Internet, mais aussi sur Facebook et Twitter

Partager cet article:

« La 4L des Sussus » vous fait revivre le 4L Trophy 2016 en vidéo !

  • 14/04/2016

Vous vous souvenez de la participation au 4L Trophy 2016 d'Estelle Salaün et Quentin de Torsiac (ESME Sudria promo 2017) ? Et bien le duo, réuni au sein de l'équipage « La 4L des Sussus », vient de sortir la vidéo retraçant son aventure ! L'occasion de découvrir les paysages magnifiques que ce raid humanitaire permet à des milliers d'étudiants de traverser chaque année.


Partager cet article:

Venez créer votre propre imprimante 3D à Lille lors du 3D Printer Day, le samedi 23 avril

  • 13/04/2016

Après une première édition réussie en 2015, le 3D Printer Day revient à l'ESME Sudria Lille le samedi 23 avril 2016. Organisée par l'association SudriAdditive avec le soutien de l'entreprise Dagoma et de l'E-SMART LAB qui réunit les étudiants lillois de l'ESME Sudria et d'e-artsup, cette journée spéciale proposera aux participants de construire eux-mêmes leur propre imprimante 3D Discovery200 by Dagoma tout en obtenant de nombreux trucs et astuces liés à la fabrication additive.


À partir de 13 h 30, les participants pourront également assister à des conférences du Club Impression 3D et fabrication additive Nord-Pas de Calais, de la Chambre de Commerce et de l'Industrie (CCI) et de l'entreprise tri-D, une start-up sociale spécialisée en impression 3D.



L'association SudriAdditive et Dagoma présentent le 3D Printer Day 2016
Le samedi 23 avril 2016 de 9 h à 18 h à l'ESME Sudria Lille
60 boulevard de la Liberté
59800 Lille

Renseignements au 03 20 15 84 44

Réservez votre place avant le 15 avril !
Pour cela, inscrivez-vous à l'adresse sudriadditive@gmail.com en précisant vos nom, prénom et coordonnées (adresse, téléphone) et si vous êtes intéressé par la fabrication d'une imprimante 3D et/ou si vous souhaitez assister aux conférences.

Conseil : se munir d'un ordinateur portable
Vente de sandwichs et boissons par les étudiants

Les réservations pour la création de l'imprimante 3D sont validées par la réception d'un chèque de 299 euros à l'ordre de Sudriadditive à l'adresse suivante :

Sudriadditive
ESME Sudria
60 boulevard de la Liberté
59800 Lille

3d_printer_day_esme_sudria_e-artsup_e-smart_lab_edition_2016_avril_lille_evenement_ateliers_imprimantes_fabrication_additive_sudriadditive_dagoma_entreprises_decouverte_conferences_01.jpg

Partager cet article:

Diplômé à la Une : Stéphane Crézé (ESME Sudria promo 1994), chef de projet Urgences & SAMU - AP-HP - CCS

  • 12/04/2016

Comment devient-on ingénieur dans une organisation médicale aussi importante que celle de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris ? Réponse avec ce nouvel épisode de Diplômé à la Une consacré à Stéphane Crézé (ESME Sudria promo 1994), aujourd'hui chef de projet Urgences & SAMU - AP-HP - CCS.



À propos de Diplômé à la Une :
Diplômé à la Une est un série vidéo de témoignages d'Anciens étudiants de l'ESME Sudria. Dans chaque épisode, ils reviennent sur leur parcours, présentent leur métier et divulguent leurs conseils aux étudiants. Découvrez les dernières vidéos consacrées à Laurent Jacquet (ESME Sudria promo 1993), président-fondateur de Business Cloud, Stéphane Leroy (promo 1990), directeur des ventes à S&P Capital IQ et Hugues de Maussion (promo 1982), DSI de Chronopost International.

Partager cet article:

Retour en images sur le Printemps du Sang 2016 du Groupe IONIS

  • 04/04/2016

Comme chaque année, de nombreux volontaires ont répondu présents lors du Printemps du Sang ! Organisée du 21 au 25 mars 2016 avec l'Établissement Français du Sang (EFS), la nouvelle édition de cet événement permettait à tous les étudiants et enseignants du Groupe IONIS de réaliser un acte généreux et citoyen en donnant leur sang. Retour en images sur cette belle manifestation de solidarité !

retour_printemps_du_sang_ionis_education_group_esme_sudria_etudiants_2016_02.jpgretour_printemps_du_sang_ionis_education_group_esme_sudria_etudiants_2016_01.jpgretour_printemps_du_sang_ionis_education_group_esme_sudria_etudiants_2016_03.jpgretour_printemps_du_sang_ionis_education_group_esme_sudria_etudiants_2016_00.jpg

Partager cet article:

Les étudiantes de l'ESME Sudria Lille à la rencontre des femmes ingénieures

  • 04/04/2016

Au mois de mars, l'ensemble des étudiantes de l'ESME Sudria Lille a eu la possibilité de visiter l'aciérie Arcelor Mittal de Dunkerque grâce à l'association Elles Bougent, partenaire de l'école. Océane Macke (ESME Sudria promo 2019), étudiante en 2e année, faisait partie des visiteuses.

visite_acierie_arcelor_mittal_dunkerque_etudiants_esme_sudria_lille_association_elles_bougent_jmdi_mars_2016_01.jpgQu'as-tu pensé de cette visite ?
j'ai trouvé ça super impressionnant ! Je ne m'imaginais que le monde de l'entreprise pouvait être si grand, avec autant d'étapes distinctes permettant de concevoir un produit. Sur place, nous sommes allées voir les différentes parties de l'aciérie et les traitements de l'acier. Nous avons surtout pu rencontrer les femmes ingénieures et discuter avec elle durant le déjeuner.

C'était important de rencontre ces femmes ?
Oui, très ! Déjà, en école d'ingénieurs, nous ne sommes pas très nombreuses. Le fait de pouvoir rencontrer ces femmes était donc particulièrement intéressant pour voir quelle est la place qu'elles occupent dans l'entreprise, découvrir leur parcours, leurs méthodes de travail et les raisons qui les ont poussées à intégrer l'aciérie.

visite_acierie_arcelor_mittal_dunkerque_etudiants_esme_sudria_lille_association_elles_bougent_jmdi_mars_2016_02.jpg
As-tu pu trouver des points communs entre elles et vous ?
Il y en a un principal : nous sommes toutes majoritairement entourées d'hommes !

Cette visite t'a-t-elle conforté encore plus dans ton choix de devenir ingénieure ?
Oui. Je me rends compte que ces femmes sont toutes épanouies. Dans un sens, cela m'a rassurée !

Comptes-tu participer à de futures opérations de ce genre ?
Ça me dit bien ! Si Elles Bougent en propose d'autres, ce sera avec plaisir.

visite_acierie_arcelor_mittal_dunkerque_etudiants_esme_sudria_lille_association_elles_bougent_jmdi_mars_2016_03.jpgvisite_acierie_arcelor_mittal_dunkerque_etudiants_esme_sudria_lille_association_elles_bougent_jmdi_mars_2016_04.jpg


Une belle rencontre entre futurs ingénieurs et lycéens
Le 5 mars 2016, l'ESME Sudria Lille organisait une Journée Découverte des Métiers de l'Ingénieur (JDMI) sur son campus à destination des lycéens et des étudiants Bac+1/+2. Encadrés par les étudiants de l'école, quelques 35 visiteurs ont ainsi pu se familiariser avec l'impression 3D, la mécatronique et la robotique au cours de différents ateliers. Au programme de cette édition, l'élaboration d'un circuit avec voiture téléguidée, des impressions de « planneurs » et de stylos, la fabrication d'un « papillon », mais surtout du plaisir de découvrir l'usage de nouvelles technologies de façon ludique.

visite_acierie_arcelor_mittal_dunkerque_etudiants_esme_sudria_lille_association_elles_bougent_jmdi_mars_2016_05.jpg

Partager cet article:

Aidez l'association étudiante IDÉES Madagascar à réaliser un nouveau défi

  • 28/03/2016

Après le succès de sa campagne de crowdfunding qui lui permettra d'équiper l'école d'Alakamisy-Ambohimaha lors de sa prochaine mission prévue à l'été 2016, l'association étudiante IDÉES Madagascar de l'ESME Sudria lance un nouvel appel aux dons. Cette fois-ci, les futurs ingénieurs de l'école comptent sur leurs généreux donateurs pour financer la réalisation d'un réseau d'eau potable pour le village de 250 habitants de Fiadanana.

appel_dons_idees_madagascar_etudiants_association_reseau_eau_potable_ecole_financement_crowdfunding_campagne_2016_aide_humanitaire_esme_sudria_01.jpg
Pour participer et relayer cette campagne, rendez-vous sur la page du projet sur le site HelloAsso.

Retrouvez également IDÉES Madagascar sur son site Internet, Facebook et Twitter.

Partager cet article:

Les ingénieurs, ces nouveaux enquêteurs

  • 24/03/2016

Il n'y a pas que les entreprises qui doivent faire face à l'évolution des technologies et à l'explosion du numérique, les forces de l'ordre aussi. Pour parler de la place de l'ingénierie au service de la recherche criminelle, l'ESME Sudria Paris invitait le capitaine Laurence Laloubère, responsable de l'unité d'expertise « Traitement de l'information » de l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN), le jeudi 17 mars 2016.

retour_conference_Institut_Recherche_Criminelle_Gendarmerie_nationale_IRCGN_esme_sudria_paris_ingenierie_decouverte_technologies_mars_2016_01.jpg
Créée en 1987, l'IRCGN mène chaque jour « des investigations dans l'ombre pour faire la lumière sur des histoires douloureuses, en apportant des preuves scientifiques, au service de la justice, dans le domaine du crime, des accidents, des catastrophes naturelles et des attentats », rappelle à juste titre Véronique Bonnet, directrice générale déléguée de l'ESME Sudria. Et bien que souvent décrite par les médias comme abritant « Les Experts » du Pôle Judiciaire de la Gendarmerie nationale (PJGN), le quotidien de l'IRCGN n'a pourtant rien à voir avec celui dépeint par la célèbre série télévisée qui « présente une version romancée, exagérée et inexacte des enquêtes réalisées, ce qui a pour conséquences des attentes très fortes des victimes et magistrats, pas forcément au fait du fonctionnement des procédures », estime Laurence Laloubère. Si, dans les œuvres de fictions, des enquêtes peuvent être terminées le jour-même grâce à des outils très simplifiés s'inspirant librement de la réalité, celles menées avec le soutien de l'IRCGN demandent plus de temps et font appel à plusieurs domaines de compétences technologiques. Big Data, électronique, informatique, machine learning, Raspberry Pi, traitement du signal... tels sont les « armes » et connaissances dont doivent disposer les membres de cette unité à l'importance capitale à l'heure où la criminalistique occupe une place de plus en plus grande dans l'enquête judiciaire.

retour_conference_Institut_Recherche_Criminelle_Gendarmerie_nationale_IRCGN_esme_sudria_paris_ingenierie_decouverte_technologies_mars_2016_02.jpg
« Les profils d'ingénieurs nous intéressent au plus haut point »
« Depuis une vingtaine d'année, la place de la criminalistique numérique a progressé et est devenue incontournable, assure ainsi le capitaine Laloubère. Les profils d'ingénieurs nous intéressent au plus haut point de par leurs capacités à poser les problèmes et à apporter des solutions. » Mais pour bien comprendre le rôle de l'ingénierie dans les enquêtes actuelles, il faut d'abord avoir conscience des différentes étapes nécessaires à la recherche criminelle et se référer notamment au Principe d'échange de Locard : « Nul crime ne peut être commis sans que la violence de celui-ci ne laisse des traces de son auteur sur la victime et son environnement, et que l'environnement et la victime ne laisse des traces sur l'auteur du crime. » De ce fait, pour chaque crime commis, les enquêteurs doivent récolter plusieurs types de preuves : indicatives (traces d'hydrocarbures après un incendie), disculpantes (voir l'exemple de l'affaire Caroline Dickinson où un homme ayant passé aux aveux a été disculpé par la génétique) et corroboratives (réunion de faisceaux d'indices permettant au juge d'avoir une conviction). Autant dire que la Police Technique et Scientifique de la Gendarmerie nationale doit être capable de récolter, de protéger et d'analyser un certain nombre d'éléments, y compris ceux directement liés aux nouvelles technologies que les criminels n'hésitent pas à s'approprier. « En criminalistique, on part toujours du plus étendu pour arriver au plus particulier, note Laurence Laloubère. Ainsi, entre 100 et 200 éléments sont prélevés sur une scène de crime. Ces éléments peuvent aussi concerner le numérique. C'est ce qu'on nomme alors le computer forensic, soit l'ensemble des connaissances et méthodes pour conserver, collecter et analyser des preuves issues des supports numériques en vue de les produire dans les cas d'une action en justice. »


Des divisions adaptées pour multiplier les résultats probants
Tout personnel de l'IRCGN peut être en mesure d'intervenir sur des scènes de crimes plus ou moins graves (attentats, catastrophes). Pour autant, les membres de l'Institut appartiennent à différentes divisions, dont plusieurs divisions criminalistiques, elles-mêmes divisées en 12 départements. On y trouve notamment la division criminalistique Physique et Chimie, qui s'occupe entre autres des analyses balistiques (pour faire parler les armes), des microanalyses (résidus, traces chimiques ou naturelles, etc.) et de la toxicologie (stupéfiants, substances médicales, etc.). Il y a ensuite la division criminalistique Identification Humaine (biologie, empreintes digitales, flore & faune forensic - soit l'analyses des insectes nécrophages pour déterminer l'heure exacte de la mort ainsi que du pollen présent sur le corps pour définir l'environnement du décès, etc.). Enfin, l'IRCGN abrite aussi la division criminalistique Ingénierie-Numérique. Au sein de celle-ci, on peut retrouver quatre départements, tous associés à des compétences bien distinctes. Il y a le département Signal Image Parole (capable par exemple d'éliminer les parasites en rendant une vidéo plus nette ou de déceler des traces de manipulations sur un enregistrement), le département Documents (habilité notamment à authentifier les papiers d'identité, billets de banque, chèques, actes juridiques, titres financiers, etc.), le département Véhicules (travaillant entre autres sur les débris de pièces, traces de pneus et éclats de peinture, ainsi que sur les diagnostics mécaniques et les reconstitutions d'accidents) et le département Informatique Electronique (DIE) dont fait partie le capitaine Laloubère.

retour_conference_Institut_Recherche_Criminelle_Gendarmerie_nationale_IRCGN_esme_sudria_paris_ingenierie_decouverte_technologies_03.jpg
Créé en 1992, le DIE possède de nombreuses unités se devant d'être en veille par rapport à l'intégration des nouvelles technologies dans les réseaux criminels. Une de ses unités est capable d'extraire des données de l'ensemble des supports numériques existants, ce qui peut parfois supposer le nettoyage de supports souillés, la réparation de supports endommagés ou la restructuration de fichiers complexes, le tout allant du simple disque dur au téléphone GSM, en passant par les skimmers utilisés dans le cas de fraude bancaire. Ces derniers ont d'ailleurs poussé les membres du DIE à créer GendCard, un logiciel d'analyse de carte de paiement. Au sein de l'unité de Traitement de l'information dont est responsable Laurence Laloubère, on travaille sur une foultitude de cas (homicides, viols, pédopornographie, terrorisme, trafics) avec plusieurs missions : l'interprétation des traces Internet, récupération des fichiers effacés, l'accès aux documents protégés par mot de passe, l'accès aux terminaux mobiles, etc. Un travail de titan quand on sait qu'aujourd'hui un disque dur représente quelques 500 000 fichiers en moyenne, qu'une capacité de stockage tend aujourd'hui à atteindre les 6 téraoctets (contre 300 mégaoctets à la fin des années), qu'un fichier peut aussi bien être une image qu'un document de plus de 200 pages ou qu'un utilisateur représente à lui-seul au minimum 3 giga-octets rien qu'en emails. Autant de défis passionnants que pourront relever les ingénieurs de demain.

Partager cet article:

Recherche

Archives

Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 094 1953 M - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :