INGÉNIEuRS DE TOuS LES POSSIBLES
École d'Ingénieurs reconnue par l'État depuis 1922
Diplôme d'Ingénieur habilité par la CTI
Membre de la Conférence des Grandes Écoles (CGE)
Membre de l'Union des Grandes Écoles Indépendantes (UGEI)

Le blog de l'ESME Sudria

Vous êtes ici :

Forum Entreprises et Mardi de l'Ingénieur : retour sur un beau mois de décembre 2014 à l'ESME Sudria

  • 29/01/2015

Au mois de décembre, l'ESME Sudria accueillait deux grands événements : le Forum Entreprises, qui permet chaque année à de nombreuses entités de venir rencontrer les futurs ingénieurs de l'école, et une nouvelle conférence des Mardis de l'ingénieur qui voyait cette fois-ci Khaled Draz, le directeur général de CS Systèmes d'information, partager son expérience avec les étudiants. Revivez dès maintenant en vidéo ces deux manifestations organisées respectivement les 2 et 4 décembre 2014.


Partager cet article:

Concours Advance : posez toutes vos questions lors de la session chat du mercredi 4 février 2015

  • 28/01/2015

Les inscriptions sur le portail Admission Post Bac (APB) étant ouvertes jusqu'au 20 mars, les sessions chat du Concours Advance recommencent le mercredi 4 février de 17 h à 19 h. Vous êtes lycéen(ne) en Terminale S ou STI2D et vous souhaitez en savoir plus sur ce concours qui, avec un seul et même choix durant la procédure APB, offre 950 places réparties sur les 7 campus des écoles d'ingénieurs l'EPITA, l'ESME Sudria et l'IPSA ? Alors ne manquez pas ce rendez-vous online ! Modalités de participation, contenu des épreuves, entraînements, rôle de l'anglais, débouchés après diplômes : vous pouvez d'ores et déjà poser toutes les questions qui vous passent par la tête afin de préparer au mieux votre concours... et votre avenir !


En plus de la session chat du 4 février (et des prochaines sessions à venir), tous les candidats au Concours Advance peuvent déjà se procurer les annales en ligne et se préparer en téléchargeant l'application Advance Training pour Android et iOS ou en participant à une ou plusieurs journées de préparation. Si vous recherchez d'autres informations sur le Concours Advance, consultez le site www.concours-advance.fr.

Retrouvez aussi le Concours Advance sur Facebook, Twitter et Google Plus.

Partager cet article:

Mardi de l'ingénieur : l'ESME Sudria invite Laurent Labansat Bascou, directeur des opérations de Thales et Omnisys, le 3 février

  • 26/01/2015

Les Mardis de l'ingénieur sont de retour. Pour la première conférence de cette nouvelle année, l'ESME Sudria a choisi d'inviter ses étudiants au voyage en recevant Laurent Labansat Bascou, directeur des opérations pour les sociétés Thales et Omnisys, afin d'aborder les enjeux et opportunités de la mobilité Internationale d'un ingénieur. Cet événement, ouvert aux étudiants de l'école mais aussi aux professionnels préalablement inscrits, sera organisé le 3 février de 18 h 30 à 20 h sur le campus d'Ivry-sur-Seine.

esme_sudria_mardi_ingenieur_conference_enjeux_opportunites_mobilite_internationale_2015.jpg
Si, comme le rappelait Khaled Draz, le directeur général de CS Systèmes d'information, lors d'une précédente conférence, l'ingénieur a vocation à être « celui qui peut mener n'importe quelle mission dans un environnement extrêmement mouvant », il ne faut pas oublier que ce dernier doit également être capable de mobilité. Les multinationales et les grands groupes reposant sur des enjeux de développement stratégique à l'échelle mondiale, les ingénieurs doivent ainsi faire du mouvement une force supplémentaire pour valoriser leur expérience et évoluer plus rapidement sur le marché du travail. L'ESME Sudria, qui propose déjà à ses étudiants d'effectuer un semestre à l'étranger en 3e année pour découvrir une autre culture, a donc choisi d'inviter Laurent Labansat Bascou qui, à travers le partage de son expérience, abordera les caractéristiques du métier d'ingénieur à l'International.

Les Mardis de l'ingénieur avec Laurent Labansat Bascou
Thématique : «La mobilité Internationale d'un ingénieur : enjeux et opportunités »
Le 3 février, de 18 h 30 à 20 h, à l'ESME Sudria Paris-Sud Ivry.
38 rue Molière
94200 Ivry-sur-Seine
Inscription gratuite auprès de Mélanie Puglia, dans la limite des places disponibles.

esme_sudria_mardi_ingenieur_conference_enjeux_opportunites_mobilite_internationale_2015_02.jpg


À propos de Laurent Labansat Bascou
Après l'obtention de son diplôme à l'ENSIEG, Laurent Labansat Bascou débute sa carrière chez Thomson en 1985, d'abord aux États-Unis puis en France. En 1994, il intègre Eurosam à Rome comme responsable de SAMP/T. Il est promu ingénieur en chef du système de défense sud-africain chez ADS à Captown. En 2000, il revient en France comme responsable du département d'intégration fonctionnelle de DCNS à Toulon. Il intègre Thales en 2009 à Paris et Omnisys en 2012 à São Paulo, comme directeur des opérations.


Les Mardis de l'ingénieur sont un cycle de conférences à destination des futurs ingénieurs formés par l'ESME Sudria. L'école accueille une personnalité importante notamment dans les champs scientifique, économique ou managérial. Ces échanges sont l'occasion pour les étudiants de mieux appréhender la place qu'ils occuperont dans les entreprises, où dynamisme et innovation sont de mise. Retrouvez les dernières conférences de Khaled Draz, directeur général de CS Systèmes d'information et Vincent Cottenceau (ESME Sudria 1999), commandant de l'Armée de terre.

Partager cet article:

Venez découvrir InnovOrder, la start-up de Romain Melloul (ESME Sudria promo 2014), lors de la Prototype Fiesta organisée par l'accélérateur StartUp42, le 23 janvier

  • 21/01/2015

Après quatre mois de travail intensif entrecoupés de conférences de professionnels et de visites de mentors, les sept start-ups de la 4e saison de StartUp42, l'accélérateur de start-ups numériques soutenu par l'EPITA, terminent leur période d'accélération. Parmi ces projets ambitieux et innovants se trouve InnovOrder, porté par Romain Melloul (ESME Sudria promo 2014) et Jérôme Varnier.

esme_sudria_innovorder_startup42_accelerateur_numerique_start-up_prototype_fiesta_ancien_etudiant_2014_innovation_projet_evenement_01.jpg
Derrière ce nom fleurant bon la new wave des années 80 se cache en fait une solution personnalisable pour augmenter la performance des restaurateurs : InnovOrder offre la possibilité aux clients de prendre instantanément leur commande depuis un smartphone, un site Internet ou une borne tactile. Les utilisateurs peuvent également visualiser les plats en photos et entrer en interaction avec d'autres clients à l'aide de commentaires. À noter qu'InnovOrder a également rejoint l'Incubateur HEC !

Le vendredi 23 janvier, l'équipe d'InnovOrder ainsi que celles des autres projets de cette 4e saison présenteront leur avancement à l'occasion de la traditionnelle Prototype Fiesta qui clôt chaque saison de l'accélérateur. Business angels, entrepreneurs, étudiants et autres curieux sont donc les bienvenus dans les locaux de l'EPITA pour participer à cette grande fête de l'innovation !

Prototype Fiesta / clôture de la 4e saison de StartUp42
Le 23 janvier
À partir de 9 h 30
EPITA - Grand Amphi
24 rue Pasteur
94270 Le Kremlin-Bicêtre
Pour vous inscrire à l'événement, rendez-vous sur cette page dédiée

Retrouvez InnovOrder sur son site Internet, Facebook et Twitter.

prototype_fiesta_saison_4_projets_startup42_epita_janvier_2015_entrepreneuriat_innovation_presentation_evenement_01.jpg

Partager cet article:

L'ESME Sudria Lyon s'associe à l'ISEG Marketing & Communication School pour une Semaine de l'innovation et des marques spéciale objets connectés, du 2 au 6 février

  • 20/01/2015

Du 2 au 6 février, l'ESME Sudria Lyon s'associe avec l'ISEG Marketing & Communication School Lyon pour la traditionnelle Semaine de l'innovation et des marques de l'école de commerce organisée au cœur du campus lyonnais de IONIS Education Group. Placée sous la thématique « Robots et objets connectés » et ponctuée par des ateliers pratiques ainsi que plusieurs conférences, cette semaine permettra aussi aux étudiants des deux écoles de constituer des équipes avec ceux d'Epitech Lyon et e-artsup Lyon pour participer à un grand challenge. Ce dernier proposera aux participants d'imaginer l'objet connecté de leurs rêves et d'en faire un projet de start-up viable.

iseg_marketing_communication_school_esme_sudria_campus_lyon_semaine_innovation_marques_challenge_conferences_robots_objets_connectes_labrobotech_startup_eartsup_epitech_evenement_ateliers_01.jpgDes robots et des hommes
Alors que les prévisions tablent sur près de 30 milliards d'objets connectés à l'horizon 2020, les campus lyonnais de l'ESME Sudria et de l'ISEG Marketing & Communication School décident de prendre le taureau par les cornes durant cette semaine événement. Si, du 2 au 6 février, les étudiants participeront à un challenge mêlant innovation et esprit d'entreprendre, de nombreux rendez-vous sont également prévus. Les 2 et 4 février, de 13 h à 17 h, les visiteurs pourront se familiariser avec les activités de Labrobotech, le club de robotique des étudiants lyonnais de l'ESME Sudria Lyon et d'Epitech.

iseg_marketing_communication_school_esme_sudria_campus_lyon_semaine_innovation_marques_challenge_conferences_robots_objets_connectes_labrobotech_startup_eartsup_epitech_evenement_ateliers_02.jpg

Le célèbre robot Nao sera-t-il de la partie ?

Quatre conférences à ne pas rater
Côté conférences, « les objets connectés au cœur du foyer », « Découvrir les Google Glass », « Le lapin Nabaztag, l'un des premiers objets connectés commercialisés » (animée par Christian Touseau, responsable du département Systèmes Embarqués et Electronique de l'ESME Sudria) et « Objets connectés, à la croisée des chemins » devraient satisfaire les étudiants comme les professionnels intéressés par cette tendance technologique sans précédent.

Informations, inscriptions, horaires et programme complet de cette semaine sur le site de l'ISEG Marketing & Communication School.

Partager cet article:

Ouverture du portail APB : inscrivez-vous au Concours Advance pour augmenter vos chances d'intégrer une école d'ingénieurs réputée !

  • 19/01/2015

Les inscriptions sur le portail Admission Post Bac (APB) seront ouvertes du 20 janvier jusqu'au 20 mars. Cela signifie que les lycéens préparant un Bac S ou STI2D vont pouvoir s'inscrire au Concours Advance, le seul concours qui offre la possibilité de rejoindre ensuite l'un des sept campus de trois écoles d'ingénieurs réputées : l'ESME Sudria, l'EPITA et l'IPSA !


Le portail APB, kézako ?
Le portail APB permet aux élèves de Terminale de faire leurs vœux sur leur admission Post-Bac. On y retrouve le Concours Advance, destiné aux élèves de Terminales S et STI2D. En réussissant ce concours, les futurs bacheliers inscrits peuvent intégrer trois écoles habilitées par la Cti à délivrer des titres d'ingénieur et ayant chacune leurs propres spécificités : l'EPITA, spécialisée dans l'intelligence informatique, l'ESME Sudria, généraliste, et l'IPSA, spécialisée dans l'aéronautique et l'aérospatial. Avec l'ouverture des inscriptions, les élèves peuvent donc faire leurs vœux jusqu'au 20 mars. Au sein du portail APB, ils devront alors faire le vœu Advance qui leur permet ensuite d'effectuer sept vœux correspondant respectivement aux sept campus de l'ensemble des écoles, parmi lesquels figurent les campus lillois, lyonnais et parisien de l'ESME Sudria !


Vous souhaitez préparer le Concours Advance ? Rien de plus simple !
Tous les candidats peuvent déjà se procurer les annales en ligne ainsi que celles distribuées dans de nombreux lycées. Ils peuvent aussi se préparer en téléchargeant l'application Advance Training pour Android et iOS ou en participant à une ou plusieurs journées de préparation après s'être préalablement inscrits sur le site du Concours : ils choisissent le jour qui leur convient parmi les dates proposées. La prochaine journée de préparation aura lieu le samedi 24 janvier. D'autres se poursuivront régulièrement jusqu'en mars.
Enfin, toutes les personnes souhaitant en savoir plus sur le Concours Advance ont aussi la possibilité de poser leurs questions à l'occasion des sessions de chat que nous organisons. Ces questions peuvent concerner les futurs métiers à la sortie des écoles, le concours en lui-même, les épreuves à passer, ce qu'il faut mettre en avant lors des entretiens de motivation, etc.


Découvrez ici d'autres témoignages d'étudiants de l'EPITA, de l'ESME Sudria et de l'IPSA ayant passé le Concours Advance !

Partager cet article:

Quatre conseils de l'association étudiante 4L'Ements pour bien se préparer au raid 4L Trophy

  • 19/01/2015

Du 19 février au 1er mars, cinq étudiants de l'ESME Sudria participeront à la 18e édition du 4L Trophy, ce raid automobile humanitaire destiné aux étudiants qui, à bord d'une 4L « pimpée », doivent traverser près de 6 000 kilomètres de route et de piste à travers la France, l'Espagne et le Maroc. Alors que le départ approche à grand pas, Arthur Dalsace (ESME Sudria promo 2016), participant de l'édition 2014 et président de l'association étudiante 4L'Ements, partage son expérience tout en livrant de précieux conseils pour les futurs concurrents.

association_4lements_etudiants_4l_raid_automobile_course_humanitaire_projet_mecanique_ingenieurs_participants_maroc_france_espagne_desert_competition_aventure_esme_sudria_conseils_03.jpg4L'Ements est l'association de l'ESME Sudria qui accompagne des jeunes étudiants volontaires et dynamiques dans leurs démarches pour le 4L Trophy. Si elle peut apporter une manne financière aux équipes participantes contenant un ou deux membres de l'ESME Sudria, elle est aussi une source précieuse de conseils. « Jusqu'à présent, les personnes qui rejoignaient l'association le faisait uniquement pour ensuite rejoindre le 4L Trophy de l'année en cours et cela s'arrêtait là : rien n'était fait pour les années suivantes, raconte Arthur, son nouveau président. J'ai voulu changer ça en mettant en place des documents permettant de les guider dans la préparation du raid. Je donne également de nombreux conseils concernant l'aspect mécanique - faut-il changer les pneus ? Équiper le véhicule d'un autre ventilateur ? Etc. - et des astuces auxquelles les étudiants ne pensent pas forcément, comme le fait d'emporter une ardoise et un stylo pour pouvoir communiquer entre voitures sans s'arrêter. Cela peut éviter bien des soucis, surtout en plein désert. »

Conseil n°1 : Trouver le bon coéquipier
Pour participer au 4L Trophy, il faut constituer un duo de choc capable de se transcender durant les 15 jours de compétition et de résister au stress ainsi qu'à la promiscuité. Nul besoin alors de préciser l'importance de la confiance portée en votre coéquipier. Pour former la meilleure paire possible, trouvez un bon camarade (cette année, deux équipes parmi les trois équipes estampillées « ESME Sudria » sont ainsi exclusivement composées d'étudiants de l'école) ou faites appel à un proche. C'est ce qu'avait fait Arthur l'an dernier : « Mon partenaire de course était mon meilleur ami, qui étudiait dans une autre école d'ingénieurs, plus axée mécanique. » Aussi, assurez-vous de choisir un acolyte à l'aise volant en main et doté d'un bon sens de l'orientation. « À tour de rôle, il vaut mieux alterner pilote et co-pilote car cela représente beaucoup d'heures de route. »

association_4lements_etudiants_4l_raid_automobile_course_humanitaire_projet_mecanique_ingenieurs_participants_maroc_france_espagne_desert_competition_aventure_esme_sudria_conseils_02.jpg
Conseil n°2 : Dénicher la 4L de ses rêves
Une course sans un bon véhicule, c'est comme le « h » d'Hawaï : ça ne sert à rien. Pour trouver la 4L idoine, plusieurs solutions s'offrent à vous. « Mon coéquipier étant fils de garagiste, il a pu dénicher une 4L facilement pour 500 euros, raconte Arthur. On a ensuite fait des réparations pour environ 2 000 euros, main d'œuvre non comprise, sachant que nous avons vraiment monté une voiture de compétition : on l'a dénudée entièrement, refait le châssis, démonté et nettoyé le moteur, etc. Pour ce genre d'entreprise, il faut compter 3-4 mois de réparation. » D'autres concurrents s'organisent pour récupérer une 4L ayant déjà participé à la course lors d'une précédente édition. « Cela permet d'en avoir une déjà préparée pour la course ». Les autres en trouvent d'occasion, « souvent auprès de personnes âgées qui souhaitent s'en débarrasser ».

Conseil n°3 : Préparer son budget et partir à la chasse aux dons
Si le 4L Trophy est une course haletante et un sacré défi pour ses participants, il n'en reste pas moins un événement à vocation humanitaire. « Le but, c'est d'apporter des fournitures scolaires à des enfants marocains défavorisés », souligne Arthur. Pour cela, récolter des fonds est une condition sine qua non. Il faut donc essayer de trouver des partenaires pour lesquels les équipages s'engagent à faire de la publicité, souvent en poser un autocollant bien visible sur le véhicule. « Ce n'est pas évident car le 4L Trophy ne leur rapporte pas grand-chose. Les entreprises partenaires font alors cela sous la forme de dons. Il faut savoir que l'inscription à la course coûte 3 200 euros et que le total du coût s'élève environ à 5 000 euros puisqu'il faut aussi compter 1 000 euros pour la voiture (assurance, les péages, essence, etc.) et encore 1 000 pour les fournitures scolaires, les repas, les nuits d'hôtel, etc. »

association_4lements_etudiants_4l_raid_automobile_course_humanitaire_projet_mecanique_ingenieurs_participants_maroc_france_espagne_desert_competition_aventure_esme_sudria_conseils_04.jpg
Conseil n°4 : Mettre les mains dans le cambouis avant le jour J
C'est toujours bon de comprendre la mécanique de son véhicule avant le départ pour ne pas être pris au dépourvu en cas de panne. « Un ingénieur devant être ingénieux, rappelle Arthur. Si l'on prend le temps de mettre les mains dans une 4L pour regarder comment c'est fait, on se rend compte que c'est à la portée de n'importe qui. Je le recommande vivement en tout cas car les pannes rencontrées durant le raid sont en fait souvent très simples à réparer. Cela évite d'attendre l'arrivée d'un mécano ou d'un autre équipage. » Pour autant, certains participants ne touchent pas à leur 4L avant la course... et, contrairement à ce qu'on peut penser, ceux-là peuvent ne rencontrer aucune panne durant le raid ! « C'est la preuve qu'il ne faut pas négliger le facteur chance ! »

Retrouvez tous les conseils d'Arthur sur le site Internet de l'association.

association_4lements_etudiants_4l_raid_automobile_course_humanitaire_projet_mecanique_ingenieurs_participants_maroc_france_espagne_desert_competition_aventure_esme_sudria_conseils_01.jpg

Partager cet article:

ESME Sudria Lyon : la « première promotion » fête son départ !

  • 13/01/2015

Lancé en 2012, le campus de l'ESME Sudria Lyon a vu sa « première promotion » quitter le nid pour réaliser un semestre à l'étranger puis poursuivre son cursus en 4e et 5e années à Paris. Un moment d'émotion pour les étudiants mais aussi pour le personnel de l'école qui, en trois ans, a pu s'attacher à ces futurs ingénieurs prometteurs.

pot_depart_esme_sudria_campus_lyon_premiere_promotion_instant_emotion_01.jpg

Eric Simon (à gauche), le directeur général délégué de l'ESME Sudria, est venu féliciter les étudiants

Ça y est. Après trois années rondement menées, les étudiants de la promotion 2017 de l'ESME Sudria ayant fait leurs armes au sein du campus lyonnais doivent faire leurs bagages, non sans une petite pointe au cœur. « On se doutait qu'il y aurait un petit pot de départ dans notre salle de travail pour dire au revoir à tout le monde autour d'un gâteau mais on ne s'attendait pas à avoir une coupelle de champagne, raconte Alexis Corbel, l'un des représentants de cette promo un peu particulière. C'était émouvant : on était tous ensemble et Monsieur Simon (actuel directeur général délégué de l'ESME Sudria, passé auparavant par la direction des campus lyonnais et lillois, ndlr) nous avait fait en plus une belle surprise en prenant le temps de venir nous voir malgré ses responsabilités. »

pot_depart_esme_sudria_campus_lyon_premiere_promotion_instant_emotion_02.jpg
« J'étais tenté par l'idée de faire partie de la première promo lyonnaise »
Comme ses camarades, Alexis sait que son départ signifie bien plus qu'une simple poursuite d'études. « Le fait qu'on soit tous arrivés à l'aboutissement de ces trois premières années, étudiants comme les membres de l'école, fait qu'on se souviendra longtemps de ce moment », assure-t-il, lui qui avait notamment fait le choix de rejoindre ce campus naissant pour le programme dispensé mais aussi pour faire partie intégrante de cette nouvelle aventure. « Depuis ma Terminale SI, j'étais déjà intéressé par l'électronique et comme l'ESME Sudria est reconnue dans ce domaine en plus d'autres matières, cela m'a convaincu. De plus, j'étais aussi tenté par l'idée de faire partie de la première promo lyonnaise ! » Les étudiants ont également profité de ce pot de départ pour aller rendre hommage à Hicham Souhail, leur professeur préféré. « Toute la promotion est allée le voir pendant son cours pour lui offrir un café, écrire plein de messages au tableau, etc. Cela nous tenait vraiment à cœur car il s'agit d'un des profs les plus sympathiques et emblématiques qu'on n'ait jamais eu à l'école », confie Alexis qui va prochainement s'envoler pour la Lettonie, direction la Riga Technical University, afin d'effectuer son semestre à l'étranger.

pot_depart_esme_sudria_campus_lyon_premiere_promotion_instant_emotion_03.jpg

Le professeur Hicham Souhail se souviendra longtemps de ce cours pas comme les autres

Ce n'est qu'un au revoir
Bien évidemment, le départ de ces futurs ingénieurs touche aussi Marine Inglebert, responsable des admissions et du développement de l'ESME Sudria Lyon, ainsi que les autres membres de l'équipe. « Voir ces étudiants nous quitter n'est pas évident, raconte-t-elle. Leur rentrée en septembre 2012 fut pleine d'émotion aussi bien chez eux, pionniers de cette nouvelle école, que pour moi... Depuis ce jour, se sont développées avec ces étudiants une confiance, une entraide et une complicité assez particulières. Je redoutais leur départ et les voir partir est assez dur... Ce pot de départ fut chargé en émotions et nous avons bien ri en énumérant un certain nombre d'anecdotes qui ont pu se passer aussi bien en déplacement avec eux à Marseille, Grenoble ou Saint-Raphaël, sur les salons étudiants à Lyon mais aussi au sein même du campus et de mon bureau. » Comme le dit toutefois une célèbre chanson écossaise, cette promo sympathique n'a pas encore fini de faire parler d'elle. L'ESME Sudria Paris accueillera ainsi ses membres dès la prochaine rentrée pour, gageons-le, d'autres beaux moments en perspective !

Partager cet article:

Bobama Tribes vs Galactiz : l'ESME Sudria élit son nouveau Bureau des Étudiants !

  • 07/01/2015

Ce vendredi 9 janvier, le Bureau des Étudiants (BDE) de l'ESME Sudria Paris élira son nouveau directoire. Boris Rwegera (ESME Sudria promo 2017) et Hugo Houghton (ESME Sudria promo 2018) conduisent chacun une liste : Bobama Tribes pour le premier, Galactiz pour le second. Ils présentent leur programme. Que la meilleure gagne !

election_bde_bureau_etudiants_esme_sudria_campagne_scrutins_01.jpg

Hugo (à gauche) vs Boris (à droite)

Bobama Tribes : « Rejoignez la tribu ! »

Pourquoi te présenter à l'élection du BDE ?
Boris Rwegera : J'avais l'impression que le BDE et le Bureau des Sports (BDS) et quelques autres associations étaient souvent tenues par les mêmes personnes ; je voulais donc essayer de changer ça, histoire que des étudiants des 1res, 2es et 3es années puissent prendre la relève au sein de ces deux associations phares.

Quels sont les grands engagements de ta liste ?
Il y en a trois principaux. Tout d'abord, on compte faire des partenariats avec des enseignes alimentaires autour des campus de Paris-Montparnasse et d'Ivry-sur-Seine pour que les étudiants de l'ESME Sudria obtiennent des réductions sur présentation de leur carte étudiante. On en a déjà un qui leur permet d'avoir une formule midi moins chère. D'autres sont à venir !
Ensuite, on va essayer d'organiser un week-end d'intégration en plus de week-ends et semaines de cohésion pendant les vacances scolaires. Ces moments seront l'occasion pour les étudiants participants de découvrir une ville d'Europe, comme Berlin, Londres ou encore Madrid. On cherche actuellement à établir un partenariat avec une agence de voyages dans ce but.
Enfin, on souhaite mettre en place une entraide scolaire car on a remarqué que les différentes promotions ne se côtoient pas assez de par leur répartition sur les deux campus. On espère donc créer une plateforme afin que les étudiants des années supérieures puissent donner aux plus jeunes des conseils et échanger leurs méthodes de travail, leurs archives de TP et leurs exercices.

Côté fêtes, vous avez également des idées ?
Même si on considère le gala comme un rendez-vous important, on souhaite également organiser des soirées avec d'autres écoles pour rencontrer de nouvelles têtes. On a déjà des contacts avec d'autres écoles d'ingénieurs et de commerce du Groupe IONIS mais aussi avec des écoles de bijouterie, d'infirmières... D'ailleurs, on réfléchit à la possibilité de lancer des olympiades entre écoles du Groupe IONIS !

election_bde_bureau_etudiants_esme_sudria_campagne_scrutins_02.jpg
Galactiz : « Satourne ! »

Pourquoi te présenter à l'élection du BDE ?
Hugo Houghton : Cela fait longtemps que j'y songe et je suis d'ailleurs déjà membre du BDE en place, au service « Partenariats ». L'année dernière, mes amis et moi avions déjà voulu nous présenter mais cela n'avait pas été possible. Ça fait donc un an qu'on travaille nos idées dans le but de se présenter à nouveau. Il faut dire que, pour moi, c'est un vieux rêve que de faire partie de la vie associative d'une école.

Quels sont les grands engagements de ta liste ?
Animer la vie associative, mais aussi proposer des évènements en dehors de ce registre. Il y a, par exemple, la réalisation de partenariats bénéficiant à tous les étudiants de l'ESME Sudria. Une pizzeria propose déjà une réduction de 4 euros et deux autres établissements sont en cours de finalisation.
On souhaite également organiser davantage de conférences. L'idée serait de faire venir des Anciens de l'école pour qu'ils puissent présenter leurs activités, leur métier. Cela pourrait aider les étudiants qui, comme moi, ne savent pas encore dans quel domaine se spécialiser. Ce serait une sorte de complément aux Mardis de l'Ingénieur que propose l'école.
On imagine aussi un week-end d'intégration qui concernait l'ESME Sudria mais également l'IPSA, une autre école du Groupe IONIS qu'on côtoie sur le campus d'Ivry-sur-Seine.

Côté fêtes, vous avez également des idées ?
Oui, bien sûr. On aimerait lancer des soirées d'intégration, des soirées plus classiques, mais aussi des repas moins chers ou gratuits entre étudiants le midi. En plus de cela, on pense à des évènements associatifs réguliers et variés, comme des combats de sumos gonflables, une session Twister, etc. Le but étant d'animer le quotidien des étudiants et d'instaurer une bonne ambiance. Sans bonne ambiance, c'est difficile de bien travailler !

election_bde_bureau_etudiants_esme_sudria_campagne_scrutins_03.jpg

Partager cet article:

Trois bonnes raisons de rejoindre Sudriabotik, l'association de robotique des étudiants de l'ESME Sudria

  • 02/01/2015

Lorsqu'un étudiant de l'ESME Sudria rejoint les rangs de Sudriabotik, c'est souvent parce qu'il a gardé dans un coin de sa tête quelques lointains souvenirs de combats robotiques télévisés. Une fois le seuil de l'association franchi, il découvre cependant un autre univers. À son arrivée au sein de l'école, Quentin Mercier (ESME Sudria promotion 2016) ne connaissait « absolument rien à la robotique » et n'avait justement « jamais vu un robot » de sa vie. Actuellement président de Sudriabotik, il ne voit désormais que des avantages à faire partie de cette association où le goût de la découverte se mêle à celui de la compétition.

sudriabotik_esme_sudria_association_etudiante_trois_avantages_rejoindre_competition_01.jpg
1. Pour devenir naturellement meilleur
Si l'association permet de se familiariser avec ce monde des robots si chers à Isaac Asimov, elle représente également une façon ludique de renforcer ses connaissances et de passer de la théorie à la pratique plus rapidement. « C'est un gros plus, estime Quentin. Je le vois bien : j'ai majoré quasiment tous mes TP de 3e année, non pas parce que j'étais plus fort que les autres mais tout simplement parce que j'avais déjà travaillé dans ce domaine-là avec l'association. Cela m'a donné des atouts pour réussir plus tard. » Au sein de Sudriabotik, on apprend tout sur place, étape par étape. On découvre ce qu'est un microcontrôleur, comment le programmer pour faire des tâches basiques, etc. Bref, tout ce qu'il faut savoir pour monter et programmer un robot en bonne et due forme.

2. Pour avoir l'opportunité de développer ses projets
Avoir des connaissances renforcées aide évidemment les membres de l'association à parfaire leurs projets, qu'ils s'agissent des robots compétiteurs de Sudriabotik ou d'autres projets comme ceux que présentent les étudiants lors du fameux Symposium concluant leur dernière année d'études. Plus tôt les étudiants mettent les mains « dans le cambouis », plus vite ils peuvent penser, améliorer et développer des projets à la technologie innovante. D'autres exemples existent aussi : Quentin a ainsi choisi de consacrer son projet de 4e année à l'amélioration des robots de l'association.

3. Pour s'amuser, tout simplement
Faire partie de Sudriabotik renforce les compétences des étudiants mais aussi les liens d'amitié qui unissent ses membres et si l'asso fonctionne aussi bien depuis sa création en 1996, c'est qu'elle offre également de beaux moments de rigolades avant et pendant les nombreuses compétions auxquelles elle participe. « On s'y amuse bien, assure Quentin. Connaître l'ambiance de la Coupe de France ou de Belgique, voire de la finale Européenne Eurobot, le fait de voir son robot fonctionner de manière autonome, de remporter un match, c'est un plaisir assez intense ! »

Partager cet article:

Recherche

Archives

Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 094 1953 M - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :