L'ESME Sudria Lyon inaugure son association avec la Société d'Electriciens et d'Electroniciens

L'ESME Sudria Lyon hébergeait une conférence sur l'énergie de la Société d'Electriciens et d'Electroniciens (SEE) conduite par Patrick Leclerc, son président. Il s'agissait du premier acte de la collaboration débutée entre l'école d'ingénieurs et cette société savante française reconnue d'utilité publique.

esmesee.jpg

La SEE entretient des relations avec de nombreuses associations d'ingénieurs partout en France. En région Rhône-Alpes, elle collabore ainsi étroitement avec l'URIS, l'union régionale des ingénieurs et scientifiques et c'est justement à travers celle-ci qu'elle a pu entrer en contact avec l'école. « L'URIS Rhône Alpes a organisé au mois d'avril la Journée Nationale des Ingénieurs dans plusieurs lieux, dont le campus lyonnais de l'ESME Sudria, explique Patrick Leclerc. Suite à cette journée, nous avons organisé une réunion avec Eric Simon, directeur de l'ESME Sudria Lille et Lyon. A l'issue de cette dernière, nous avons conclu que nous étions mutuellement intéressés par le fait de partager nos informations et d'échanger, à Lille comme à Lyon, sur les manifestations que nous sommes capables de mettre en place sur les domaines de l'électricité. » Cet accord passé entre l'ESME Sudria et la SEE permet à cette société savante d'organiser ses futures conférences au sein de l'école. C'est ainsi que le 18 juin se tenait une première conférence au sein du campus lyonnais, devant une trentaine de professionnels et d'étudiants.

esmesee2.jpg

La voiture électrique : une idée à creuser pour la santé et la consommation d'énergie

Cette conférence portait sur l'énergie et faisait directement écho à une des précédentes conférences de la SEE sur l'abandon des centrales nucléaires et la faible part de l'énergie renouvelable en France. « Nous pouvons constater que les 5 dernières générations ont consommé allégrement les réserves accumulées par les 120 000 générations précédentes, annonce Patrick Leclerc. Ce constat met en lumières deux choses : nous avons puisé dans des réserves qui ne sont pas renouvelables à l'échelle de l'homme (le pétrole, le charbon) et, en faisant cela, nous avons créé un système de dégradation de la Terre qui aujourd'hui risque d'être complétement irréversible. » Cette conférence débouchait ensuite sur une des solutions préconisée pour lutter contre cette pollution : la popularisation des véhicules électriques. « Cela permettra d'économiser les ressources en pétrole et d'éviter les émissions de particules et microparticules à l'origine de nombre de maladies et problèmes de santé, note le président de la SEE. La conférence s'est donc terminée sur une présentation des avantages des véhicules électriques mais de ses inconvénients, dont le plus important : la question de la production de l'électricité qui lui est destinée. »

esmesee3.jpg

D'autres événements et échanges à venir

En plus d'organiser ses conférences au sein de l'ESME Sudria Lyon (et peut-être bientôt à l'ESME Sudria Lille), la SEE compte bien décliner l'accord passé avec l'école à travers d'autres opérations. Ainsi, comme le groupe régional Bourgogne de la SEE possède, fait la promotion et gère le Musée Ampère, les 1res années lyonnais seront probablement amenés à visiter cette maison où vécut André-Marie Ampère. « Cette visite serait intéressante puisque cela fait partie intégrante de ce qu'on appelle la "culture électrique" », soutient Patrick Leclerc. Si l'école a également une idée de conférence, la SEE pourra aussi l'accompagner en faisant traiter le sujet par un professionnel reconnu par l'association. Enfin, le réseau d'entreprises de la SEE pour favoriser des échanges entre l'école et des industriels pour des partenariats ou permettre aux étudiants de trouver un stage.

esmesee1.jpg


A propos de la Société d'Electriciens et d'Electroniciens

Plus communément appelée la Société d'Electriciens et d'Electroniciens (SEE), la Société de l'électricité, de l'électronique et des technologies de l'information et de la communication a plus de 130 ans au compteur. Il s'agit d'une société savante qui a pour objectif de promouvoir et de divulguer la science dans le domaine de l'électrique, l'électricité et les techniques de l'information. Association basée à Paris et tournée vers les industriels, les universités et les grandes écoles, elle accueille plusieurs « clubs techniques » qui gèrent chacun un domaine bien spécifique (électrotechnique, matériel électrique, traitement de l'information, etc.) et réunissent régulièrement des experts d'entreprises qui viennent échanger sans souci de confidentialité ni de concurrence pour faire avancer la science. Ces échanges font l'objet de publications dans la « Revue de l'Electricité et de l'Electronique » (REE). En parallèle, la SEE possède également plusieurs groupes régionaux qui, grâce à un réseau d'experts, diffusent les avancées techniques au niveau local en organisant des conférences, des journées à thème ou encore des visites d'entreprises. La SEE remet aussi chaque fin d'année des diplômes aux industriels particulièrement performants dans l'innovation ou aux universitaires et thésards ayant fait avancer le domaine technique.

Stéphane Herondelle (ESME Sudria promo 2014) a besoin de vous pour son projet de mission humanitaire en Inde

Stéphane Herondelle (ESME Sudria promo 2014) effectue un double diplôme avec l'ENS Cachan. Une fois son stage de fin d'études terminé, il partira en Inde pour effectuer plusieurs mois durant une mission humanitaire au sein de l'association Développement Sans Frontières auprès des jeunes de l'école du village de Kalkeri. Pour mener à bien cette aventure, cet étudiant au grand cœur sollicite l'aide des internautes à travers une campagne de crowdfunding.

esme_herondelle_02.jpg
Établie dans le village du même nom, l'école de Kalkeri a été créée en 2001 par l'association Jeunes Musiciens du Monde en collaboration avec des citoyens indiens, français et canadiens. Le projet initial de l'association était de dispenser gratuitement aux jeunes indiens en difficulté une éducation à la musique indienne. Fort du succès rencontré, l'école propose maintenant une éducation scolaire en plus d'une éducation musicale pour 200 jeunes âgés de 6 à 22 ans et c'est pour participer à ce programme que Stéphane Herondelle souhaite s'envoler pour l'Etat du Karnataka dès novembre 2014. « Cette envie de réaliser une telle mission n'est pas nouvelle, explique ainsi l'étudiant. Dès le début de mes études, je m'étais en effet promis d'accomplir un projet humanitaire après l'obtention de mon diplôme. Sur place, je serai chargé d'enseigner des cours de langues, d'informatique et de faire de l'animation pour les jeunes de l'école. Je devrais également m'assurer que les enfants ayant des problèmes de santé soient référés aux personnes chargées des soins et participer à la vie de la communauté. » Pour financer une partie de ce beau projet et aider à votre tour ces jeunes indiens, Stéphane compte sur le soutien des internautes.

esme_herondelle_01.jpg

Quand Stéphane dit qu'il part pour l'Inde, il ne raconte pas des salades


Pour l'aider, il suffit de faire un don sur la page de collecte consacrée à son voyage. Bonne chance à lui !

Le projet étudiant NeuroMove récompensé

Figurant parmi les projets phares du Symposium 2014, NeuroMove vient d'être récompensé par les jurys nationaux et régionaux de la 16e édition du Concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes, renommée i-LAB cette année. Ce prix « Île-de-France Est » de la catégorie « en émergence » du concours salue ainsi Pierre Pagliughi, Grégoire Lerondeau et Kevin Martins (ESME Sudria promo 2014) pour leur idée de fauteuil roulant électrique contrôlé par le biais des ondes cérébrales. Il est accompagné d'une subvention qui permettra aux trois étudiants de potentiellement lancer leur propre entreprise et continuer à développer leur projet. Bravo à eux !

concours_national_neuromove.jpg


Découvrez les dates de l'année 2014-2015 de l'école

Les vacances, c'est bien et nécessaire. Mais savoir déjà quelles seront les dates de la prochaine rentrée de son école, cela aide encore davantage à en profiter ! Pour ses étudiants actuels et futurs, l'ESME Sudria dévoile donc son calendrier.

rentree_dates_calendrier_2014_2015_01.jpg

campus-esme-paris_rentree.jpgDates de rentrée campus de Paris Montparnasse et Ivry-sur-Seine :
Apprentissage 1 : lundi 15 septembre à 9 h au campus d'Ivry-sur-Seine
Apprentissage 2 : lundi 8 septembre à 9 h au campus d'Ivry-sur-Seine
Apprentissage 3 : lundi 22 septembre à 9 h au campus d'Ivry-sur-Seine

Bachelor 1 : jeudi 11 septembre à 9 h au campus de Paris-Montparnasse
Bachelor 2 : vendredi 12 septembre à 9 h au campus de Paris-Montparnasse
Bachelor 3 : lundi 1er septembre à 9 h au campus d'Ivry-sur-Seine

Master 1 : lundi 8 septembre à 9 h au campus d'Ivry-sur-Seine
Master 2 : lundi 22 septembre à 9h au campus d'Ivry-sur-Seine



campus-esme-lille_rentree.jpgDates de rentrée campus de Lille :
Bachelor 1 : jeudi 11 septembre à 15 h
Bachelor 2 : jeudi 11 septembre à 9 h
Bachelor 3 : lundi 1er septembre à 9 h



campus-esme-lyon_rentree.jpg

Dates de rentrée campus de Lyon :
Bachelor 1 : vendredi 12 septembre à 15 h
Bachelor 2 : vendredi 12 septembre à 9 h
Bachelor 3 : Lyon lundi 1er septembre à 9 h




Dates des vacances scolaires de l'année 2014 - 2015

Paris Montparnasse / Ivry-sur-Seine & Lille :
Toussaint (du 26 octobre au 2 novembre inclus), Noël (du 21 décembre au 4 janvier inclus), voyage de l'association Trace directe Organisation (du 24 janvier au 1er février inclus), Hiver (du 22 février au 1er mars inclus) et Printemps (du 26 avril au 3 mai).

esme-ski-tdo-03.jpg
Lyon :
Toussaint (du 26 octobre au 2 novembre inclus), Noël (du 21 décembre au 4 janvier inclus), voyage de l'association Trace directe Organisation (du 24 janvier au 1er février inclus), Hiver (du 15 au 22 février inclus) et Printemps (du 19 au 26 avril inclus).

L'ingénieur en télécommunication vu par Éric Haentjens

Les récents rachats en France opérés entre opérateurs Internet et mobile prouvent une nouvelle fois que le monde des télécommunications connaît actuellement de nombreux bouleversements. Les enjeux de ce secteur, très importants, représentent un réel défi pour les ingénieurs d'aujourd'hui et de demain. C'est dans ce contexte-là que l'ESME Sudria invitait Éric Haentjens (ESME Sudria promotion 1982) le 6 mai dernier dans ses locaux pour son cycle de conférences Les Mardis de l'Ingénieur. Aujourd'hui directeur général adjoint Finances, RH & Stratégie de Bouygues Telecom, cet invité revenait justement sur ce que représentent les missions des ingénieurs en télécommunications. Un plus pour les professionnels et les étudiants de l'ESME Sudria présents, notamment ceux de la majeure Réseaux et Télécommunications.

13 étudiants s'apprêtent à s'envoler pour Madagascar

L'association IDÉES (Ingénieur pour le Développement et les EchangeS) Madagascar permet à ce pays, et plus particulièrement à la commune d'Alakamisy-Ambohimaha, de se développer. Créée et animée par les étudiants de l'ESME Sudria depuis 20 ans, elle entreprend chaque année un voyage sur place pour mener à bien différents projets. Avant de s'y rendre du 6 juillet au 20 août en compagnie de douze autres étudiants, Julie Labeyrie (ESME Sudria promo 2016), présidente de l'association, explique les objectifs de cette nouvelle excursion qui n'a rien d'une promenade de santé.

idees_asso_2014_02.jpg
Est-ce la première fois que tu participes au voyage avec l'association ?
Ce sera la première fois en tant que présidente de l'association mais j'étais déjà du voyage l'an dernier en tant que vice-présidente.

Quels sont les projets d'IDÉES cette année ?
La plupart du temps, les projets de l'association consistent en la mise en place de réseaux d'eau potable mais nous avons déjà également réalisé des projets d'écoles et d'électrification. Cette année, il y a trois projets différents : nous allons donner corps à deux réseaux d'eau mais aussi confectionner l'extension d'une école, avec l'ajout de deux nouvelles salles de classe, pour qu'elle puisse accueillir davantage d'élèves.

idees_asso_2014_03.jpgidees_asso_2014_04.jpgEn tant que futurs ingénieurs de l'ESME Sudria, comment organisez-vous vos activités sur place ?
Nous supervisons chaque projet et faisons absolument tous les travaux avec les habitants des villages. Nous ne sommes donc pas juste là pour regarder mais bien pour participer à toutes les étapes ! Pour les réseaux d'eau, nous creusons ainsi les tranchées avec les malgaches, puis nous installons les tuyaux, etc. Le calendrier sur place est très chargé : la plupart du temps, nous travaillons également le week-end.
En dehors de la joie que nous apporte le fait d'aider les habitants de Madagascar, ce voyage nous apprend aussi à mener un projet de A à Z, car nous démarrons sans rien et devons ensuite récolter des dons avant de venir tout préparer sur place ! C'est aussi un très bon moyen d'apprendre à travailler en équipe car, comme nous sommes treize à partir, nous devons apprendre à nous coordonner.

Faites-vous également un suivi de vos précédents projets ?
En fait, dans la commune où nous nous rendons, il y a des centaines de villages. Du coup, comme nous créons un réseau d'eau dans un nouveau village chaque année, nous en profitons également pour aller voir les anciens réseaux déjà réalisés pour en vérifier l'état et éventuellement faire des réparations.

idees_asso_2014_05.jpgidees_asso_2014_06.jpg

Vous pouvez suivre IDÉES Madagascar sur Facebook, Vimeo ou sur son site Internet.



Symposium 2014 : découvrez les meilleurs projets

Dans une école d'ingénieurs comme l'ESME Sudria, la recherche occupe une place fondamentale. Moteur d'innovation, en lien avec le monde de l'entreprise et des institutions publiques, elle constitue un atout pour la renommée de l'école et la formation de ses étudiants.

À ce titre, le Symposium organisé tous les ans est un rendez-vous capital. Il permet aux professionnels, qu'ils soient entrepreneurs ou industriels, de découvrir les meilleurs projets de fin d'études réalisés par les futurs ingénieurs de 5e année à travers les 4 laboratoires de l'école. L'édition 2014 de l'événement, qui a notamment vu les présentations de projets innovants tels que Handi'Light ou NeuroMove, s'est déroulée le 15 mai au campus parisien de l'école. Retrouvez la vidéo réalisée à cette occasion.


Retrouvez les vidéos des précédentes éditions.

Des after works pour les étudiants lyonnais

Après Paris, c'est au tour de l'ESME Sudria Lyon d'accueillir régulièrement des after works où Anciens, promotions actuelles et membres de l'administration se réunissent. À l'initiative de ces rendez-vous conviviaux se trouve le Club de communication monté par des étudiants du campus lyonnais.

afterwork_lyon.jpg
Jérémie Bartak (ESME Sudria promo 2017) est à l'origine de ces after works qu'il organise avec les autres membres du Club de communication du campus de Lyon. « Etant parisien, je profitais des vacances scolaires pour participer aux after works qu'organisait l'ESME Sudria, explique-t-il. Je trouvais très sympathique le fait de pouvoir rencontrer d'autres étudiants mais aussi des Anciens. L'ESME Sudria est, au-delà d'une école, une grande famille et je voulais que cela se traduise également à Lyon car, en deux ans, nous n'avions finalement pu rencontrer les Anciens qu'à de très rares occasions. Avec une amie, nous avons donc pris la décision d'organiser ces after works dans ce but. » Inspiré par l'organisation des rendez-vous parisiens, Jérémie voulait donc instaurer cette même tradition près de son campus pour renforcer les liens entre les différentes promotions mais aussi permettre aux étudiants de comprendre davantage le rôle des ingénieurs et commencer à tisser leur réseau professionnel dans un contexte plus détendu. « Ces rencontres informelles ont plusieurs avantages, assure Jérémie. On peut y récupérer des contacts utiles mais surtout découvrir les métiers des Anciens. Cela permet de ce que les diplômés font, comment ils ont obtenu leur poste actuel et quels postes ils peuvent atteindre par la suite. Un ingénieur nous a même confié utiliser tous les jours pour son travail une formule apprise à l'ESME Sudria lors de sa 4e année ! » Réunissant à chaque fois plus d'une vingtaine d'étudiants, les after works lyonnais reprendront en septembre au rythme d'un rendez-vous par mois après trois premières éditions réussies en mars, avril et mai.


Découvrez le Club de communication lyonnais
Relié à la communication de l'ESME Sudria Lyon, le Club de communication réunit des étudiants motivés souhaitant participer au rayonnement de l'école. Dépendant de l'administration et placé sous la responsabilité de Marine Inglebert, responsable des admissions et du développement du campus lyonnais, il permet à ses membres de prendre part à plusieurs missions en plus de l'organisation des after works. Les étudiants peuvent ainsi aider les équipes à mettre en place la promotion et la logistique des conférences organisées, que celles-ci se déroulent à l'école ou soient retransmises depuis les campus lillois et parisiens, et participer aux différents salons étudiants.

Les 2es années à la découverte du Data Center de HP

Après avoir visité la centrale nucléaire du Bugey (Ain) lors de leur 1re année, les étudiants de 2e année de l'ESME Sudria Lyon ont cette fois-ci eu la chance de pouvoir s'immiscer au cœur d'un centre de données français de classe mondiale : le data center grenoblois de HP, récent partenaire de l'école.

hp_esme_sudria_visite_00.jpgRaphaël Bourguignon (ESME Sudria promo 2017) attendait depuis plusieurs mois ce jour du 20 mai et pour cause : cette journée, prévue de longue date, allait permettre aux étudiants lyonnais de 2e année de visiter le data center de HP situé à Grenoble. « Moi, ça m'intéressait beaucoup car, même si je ne sais pas encore précisément ce que je veux faire plus tard, cela sera sûrement orienté vers l'électronique ou l'informatique, explique ainsi l'étudiant, conscient de la chance d'approcher de plus près un tel lieu. Un data center, cela reste quelque chose qu'on ne connaît pas forcément très bien : comme tout ce qui concerne l'enregistrement de données à grande échelle sur serveurs, cela reste un peu caché. »

hp_esme_sudria_visite_01.jpghp_esme_sudria_visite_02.jpghp_esme_sudria_visite_03.jpg« On peut tout faire dans un data center »
Au programme de cette matinée spéciale : une présentation de HP et ses technologies mais aussi une description plus complète du site de Grenoble. « Cela portait sur l'architecture du complexe, les systèmes de stockage, les systèmes de refroidissement, les salles de serveurs, etc. Ensuite, comme nous faisions les visites en trois petits groupes, nous avons toujours eu un moment pour discuter avec les ingénieurs présents et découvrir les rôles de chacun. » Pour la plupart impressionnés par ces « 800 m² remplis de boxes de près de 2 m de haut sur 1 m de large possédant chacun une trentaine de serveurs », les étudiants ont peut être assisté à la naissance d'une vocation lors de cette excursion technologique. D'autant qu'un data center, pour fonctionner, demande la présence de profils performants et complémentaires comme ceux des ingénieurs formés à l'ESME Sudria. « On peut tout faire dans un data center, conclut Raphaël. On peut aussi travailler dans l'électronique que dans la thermodynamique, l'informatique, la programmation ou la mécanique ! »

Deux étudiants remportent un tournoi de golf

Guillaume Dubois (ESME Sudria promo 2017) et Thomas Duforest (Esme Sudria promo 2015) ont remporté la 10e édition du Trophée Etudiant FFGolf Société Générale qui se déroulait les 31 mai et 1er juin.

trophee-etudiant-esme_golf2014.jpg

Thomas et Guillaume

Guillaume Dubois peut être fier. Après avoir atteint la deuxième place lors de sa première participation l'an dernier, il a finalement rempli son objectif en atteignant la plus haute marche du podium à l'issue de l'édition 2014 du Trophée Etudiant FFGolf Société Générale. Bien aidé par son binôme Thomas Duforest, l'étudiant permet ainsi à l'ESME Sudria de briller sur le green et de remporter sa première coupe dans cette discipline.

Depuis combien de temps pratiques-tu le golf ?
Je suis un joueur de golf depuis maintenant sept ans. Ce qui me plaît dans le golf, c'est que c'est un sport individuel - même si parfois il peut se pratiquer en équipe - qui pousse à toujours vouloir à aller plus loin et être plus précis. Au début, je m'entraînais beaucoup mais, depuis que j'ai commencé mes études, j'ai un peu ralenti le rythme. Par contre, cela fait longtemps que la date de ce Trophée était cerclée sur mon calendrier : je voulais vraiment représenter l'ESME Sudria comme je l'avais déjà fait l'année dernière. Mon seul objectif était d'inscrire le nom de l'école sur la coupe et de la ramener à la maison.

Est-ce le premier trophée de ta « carrière » ?
Non, ce n'est pas le premier mais c'est vraiment un trophée qui me tenait à cœur. D'autant qu'avec Thomas, j'étais persuadé que nous pouvions faire quelque chose de grand... et nous l'avons fait !


Où sera entreposée la coupe ?

Pour le moment, elle est chez Thomas. Je vais ensuite la récupérer puis, d'ici peu de temps, nous la ramènerons à l'école pour l'y exposer. On ne peut la garder qu'un an avant qu'elle soit remise en jeu...

Comptes-tu déjà participer à la prochaine édition pour gagner à nouveau ?
Si je suis sur Paris, bien sûr. En fait, tout dépendra de mes disponibilités car, en 3e année, les étudiants de l'ESME Sudria partent à l'étranger lors du semestre international. Je vais quand même essayer de revenir pour ce week-end-là et de trouver un étudiant de l'école pouvant faire équipe avec moi.

As-tu déjà pensé à créer une association de golf au sein de l'ESME Sudria ?
Oui, ça m'est déjà passé par la tête. Si d'autres golfeurs dans l'école sont motivés, je suis le premier à être partant pour monter une association !

Archives

Nuage de tags

A propos de l'ESME Sudria

L'ESME Sudria est une école d'ingénieurs fondée en 1905 par Joachim Sudria. L'école est reconnue par l'Etat depuis 1922. L'école est habilitée par la Commission des Titres de l'Ingénieur (CTI) à délivrer son diplôme au nom de l'Etat. Le diplôme d'ingénieur de l'ESME Sudria est visé par le Ministère de l'Éducation Nationale. Le diplôme d'ingénieur de l'ESME Sudria confère le grade de Master. L'école est membre de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) et de l'Union des Grandes Ecoles Indépendantes (UGEI).

Infos pratiques

  • ESME SUDRIA
    38 rue Molière
    94200 Ivry-sur-Seine

    TEL : 01 56 20 62 00
  • PLAN DU SITE
  • MENTIONS LÉGALES
  • DATES CLÉS