INGÉNIEuRS DE TOuS LES POSSIBLES
École d'Ingénieurs reconnue par l'État depuis 1922
Diplôme d'Ingénieur habilité par la CTI
Membre de la Conférence des Grandes Écoles (CGE)
Membre de l'Union des Grandes Écoles Indépendantes (UGEI)

Le blog de l'ESME Sudria

Vous êtes ici :

Les 2es années de l'ESME Sudria Lille au cœur de l'Union européenne

  • 25/05/2015

Les étudiants de 2e année de l'ESME Sudria Lille se sont rendus à Bruxelles pour une sortie scolaire dédiée au Vieux Continent, le jeudi 21 mai. Emmenés par leur professeur de gestion d'entreprise Jean-Luc Bardoux, les étudiants ont ainsi pu découvrir le Parlamentarium, soit le centre des visiteurs du Parlement européen, puis assister à deux conférences : l'une sur la recherche et développement au sein de l'Union européenne et l'autre sur la communication au sein de l'UE et de la Commission européenne. De quoi peut-être créer de nouvelles vocations chez ces futurs ingénieurs déjà encouragés par l'école à s'ouvrir à l'International.

visite_union_parlement_comission_europe_esme_sudria_lille_etudiants_2e_annee_international_03.jpgvisite_union_parlement_comission_europe_esme_sudria_lille_etudiants_2e_annee_international_01.jpgvisite_union_parlement_comission_europe_esme_sudria_lille_etudiants_2e_annee_international_02.jpg

Partager cet article:

« Penser additive manufacturing ne s'invente pas : plus on commence tôt, mieux c'est » Johan Verstraete, directeur de l'ESME Sudria Lille

  • 18/05/2015

Avec son e-Smart Lab et sa toute nouvelle association SudriAdditive, l'ESME Sudria Lille promeut activement la fabrication additive et l'impression 3D. Son directeur, Johan Verstraete, a justement répondu aux questions du site spécialisé Primante 3D.

Apports pédagogiques, CAO, workshops..., découvrez cette interview en intégralité.

interview_impression_3D_esme_sudria_lille_blog_01.jpg

Partager cet article:

« Le plaisir a toujours été le moteur de mes choix » Frédéric Magnen (ESME Sudria promo 1990), invité des Mardis de l'ingénieur

  • 12/05/2015

Pour son dernier rendez-vous des Mardis de l'ingénieur de l'année 2014-2015, l'ESME Sudria invitait Frédéric Magnen (ESME Sudria promo 1990), directeur des ventes et du développement Europe-Asie d'Essilor Instruments, le mardi 5 mai 2015. Au cours d'une conférence axée sur la thématique « Ingénieur / Manager : faut-il choisir ? », cet Ancien qui, avec près de 25 ans d'expérience, a pu goûter à ces deux aspects loin d'être antinomiques.


Bien avant de rejoindre Essilor Instruments, le leader mondial de l'ophtalmologie, ses quelque 5 ,76 milliards d'euros de chiffre d'affaires et ses 495 millions de verres produits en 2014, Frédéric Magnen était étudiant à l'ESME Sudria. C'était il y a un quart de siècle et, de l'aveu même de cet Ancien, son école a su évoluer depuis. « À l'époque, on n'avait pas de professionnels qui venaient nous voir : cela manquait, juge-t-il. On partait peut-être plus à l'aventure, vers cet inconnu qu'était alors le monde de la vie active. »


Fraîchement diplômé en 1990, Frédéric Magnen commençait d'abord sa carrière chez Matra Communication pour « un vrai boulot » d'ingénieur. « J'ai eu de la chance de trouver ce poste qui m'a amené à me déplacer sur des plateformes pétrolières ou sur un train de la Société nationale industrielle et minière (SNIM) pour mettre en œuvre des réseaux de télécommunications pouvant peser près de 100 millions d'euros. Surtout, cela m'a permis de découvrir l'export, un domaine que je ne connaissais pas jusque-là. » Ce goût du voyage, de l'International et de l'export ne le quittera plus si bien qu'aujourd'hui, il affiche près d'une quarantaine de pays visités sur les quatre coins du globe.
esme_sudria_mardi_ingenieur_conference_anciens_2015_mai_manager_que_choisir_retour_01.jpg

Eric Simon, directeur général délégué de l'ESME Sudria et Frédéric Magnen, l'invité de ce Mardi de l'ingénieur

Changer d'entreprises pour accéder à d'autres défis
Souhaitant « goûter à de nouveaux projets », Frédéric Magnen quitte ensuite Matra Communication pour rejoindre Dassault Automatismes et Télécommunications. Durant deux ans, il évoluera dans cette filiale de Dassault Electronique qui proposait alors « le premier terminal de paiement portatif, des tourniquets de tickets de métro, des lecteurs de cartes d'embarquement ou encore un distributeur de billets. » De quoi lui permettre d'appliquer tout le savoir accumulé durant ses études à l'ESME Sudria. « Le distributeur de billets est, par exemple, un très bon concentré de la formation que j'ai reçu, avec de la mécanique, des télécoms, etc. Une fois impliqué dans un projet pareil, on se dit qu'on est assez bien armé pour attaquer ce type de sujets. »

Malgré des dossiers passionnants à traiter, l'aventure va finalement tourner court après seulement deux ans, la faute à une restructuration du groupe ne laissant pas le choix aux ingénieurs présents. « Cela m'a contrarié et j'ai décidé de partir, explique-t-il. Ayant réalisé durant ces quelques années que j'étais assez à l'aise dans la fonction achat, je me décide à postuler à un poste d'acheteur industriel pour le groupe industriel Lafarge. On me dit alors que je n'ai pas les tempes assez grises... Par contre, on me propose un poste pour faire du conseil. Même si ce domaine ne m'attirait pas plus que ça, j'ai rencontré un manager qui m'a finalement convaincu. » Résultat : l'ingénieur passera 8 ans chez KPMG - CSC Peat Marwick, un grand cabinet de conseil à la stature internationale.

esme_sudria_mardi_ingenieur_conference_anciens_2015_mai_manager_que_choisir_retour_02.jpgIngénieur et consultant, même combat
De l'avis de l'intervenant, le conseil est une excellente formation complémentaire pour tous les ingénieurs. « En plus d'amener la possibilité de rester au contact des industriels, elle permet d'acquérir une multitude d'expériences, toutes plus riches les unes que les autres, sur des techniques, des solutions et des environnements différents. Pour ma part, je continue à me servir de ce bagage aujourd'hui. » L'autre atout du conseil, c'est sa proportion à gonfler les égos comme les portefeuilles. « Il est très flatteur de faire du conseil, notamment avec la belle augmentation du niveau de salaire qui va avec. On commence en tant que consultant puis on devient manager et enfin manager partner selon si l'on est performant ou non. Les chasseurs de têtes vous contactent également. »

Les avantages d'un grand groupe
Après avoir gravi les différents échelons du conseil, Frédéric Magnen a une nouvelle envie de changer en 2003. « Je voulais trouver du plaisir ailleurs, affirme-t-il. Le plaisir a toujours été le moteur de mes choix et une opportunité s'est présentée à Essilor. Le poste de directeur des achats Europe que j'ai rejoint a été créé pour l'occasion. Le groupe étant déjà installé, je n'ai pas pris trop de risques. » Outre le challenge inhérent à l'occupation d'un tel poste au sein d'une entreprise proposant des produits dans plus de 100 pays, cet ingénieur devenu manager apprécie également le fait de pouvoir « changer de métier » régulièrement « tout en restant dans le même groupe ». Sa progression est d'ailleurs représentative de ces opportunités d'évolution interne propre aux grandes entités : en 2007, il devient alors directeur de la Business Units Instruments d'Essilor France, en 2011 directeur des Opérations d'Essilor Instruments et, depuis 2013, il occupe le poste de directeur des ventes et du développement Europe-Asie.

Partager cet article:

18e Symposium de l'ESME Sudria : 12 projets innovants à découvrir le jeudi 21 mai 2015

  • 11/05/2015

Avec ses 110 ans d'existence, l'ESME Sudria n'a de cesse de participer aux évolutions de son temps. Formés à devenir des ingénieurs complets, ses étudiants travaillent ainsi régulièrement avec les laboratoires de l'école sur de nombreux projets tournés vers l'innovation et les nouvelles technologies. Ce travail de recherche et de développement atteint son apogée avec le Symposium durant lequel sont présentés les meilleurs projets des étudiants de dernière année du cycle ingénieur. Ouverte au public et aux professionnels (sur inscription), la 18e édition du Symposium sera organisée le jeudi 21 mai 2015 de 14 h à 17 h 30 dans les locaux de l'école et permettra aux visiteurs de découvrir douze réalisations étonnantes et prometteuses.

affiche_symposium_2015_esme_sudria_meilleurs_projets_etudiants_derniere_annee_cycle_ingenieurs_evenement_decouverte_energie_systemes_signal_informatique_laboratoires_01.jpg

« Énergies, Systèmes et Environnement », « Systèmes Embarqués et Électronique », « Images, Signaux et Réseaux » et « Intelligence Numérique et Data » : les thématiques abordées lors de ce rendez-vous seront nombreuses. De la prise électrique commandée par la pensée Smart N Plug à Handi'Blind et ses lunettes de détection d'obstacles statiques en passant par Dash et son principe de streaming vidéo à débit adaptatif pensé en collaboration avec Airbus Defence and Space, les découvertes seront multiples et variées pour les visiteurs présents.

18e Symposium de l'ESME Sudria
Le jeudi 21 mai 2015 de 14 h à 17 h 30 à l'ESME Sudria - Campus d'Ivry-sur-Seine
51 boulevard de Brandebourg
94200 Ivry-sur-Seine
Métro : Mairie d'Ivry (ligne 7)
RER C : Ivry-sur-Seine

Retrouvez le programme complet et la présentation des projets présentés

Pour vous inscrire à l'événement, rendez-vous sur la page dédiée

symposium_2015_esme_sudria_meilleurs_projets_etudiants_derniere_annee_cycle_ingenieurs_evenement_decouverte_energie_systemes_signal_informatique_laboratoires_01.jpg

Partager cet article:

Revivez en vidéo la cérémonie de remise des titres d'ingénieur de la promotion 2014 de l'ESME Sudria

  • 05/05/2015

Pour tous les membres de la promotion 2014 de l'ESME Sudria, le vendredi 10 avril 2015 restera une date inoubliable puisqu'elle marquait la fin de leur parcours au sein de l'école. Au cours d'une cérémonie de remise des titres organisée dans la prestigieuse Maison de l'Unesco (Paris 7e), l'ensemble des diplômés se retrouvait ainsi une dernière fois avant d'officiellement se lancer dans la vie active. Découvrez la vidéo qui immortalise ce moment-clé de la carrière de ces jeunes ingénieurs prometteurs.

Partager cet article:

« Ne pas réussir médecine m'a permis de découvrir une formation qui me plaît encore plus » Ursula de Vaux Bidon (ESME Sudria promo 2017)

  • 04/05/2015

Ursula de Vaux Bidon (ESME Sudria promo 2017) a rebondi à l'ESME Sudria après une première expérience à la faculté de médecine. Aujourd'hui épanouie dans ses études, la future ingénieure revient sur ce choix pas si facile à faire mais finalement très bénéfique.

portrait_ursula_etudiante_ingenieure_medecine_paces_paes_admissions_cursus_parcours_informatique_sante_etudes_2015_01.jpg
Que faisais-tu avant de rejoindre l'ESME Sudria ?
J'ai fait une PACES à la faculté de médecine de Créteil. Après avoir réalisé cette première année complète mais n'ayant pas eu le concours, j'ai dû redoubler. Mais après le premier semestre de cette nouvelle année, je me suis vite aperçue que ça n'allait pas passer non plus. J'ai donc pris la décision d'arrêter et de chercher ailleurs. C'est comme ça que j'ai pris connaissance de l'ESME Sudria où j'ai postulé.

Pourquoi t'étais-tu dirigée vers médecine au départ ?
Parce que j'avais envie de faire ça depuis le collège. J'étais intéressée par la biologie et je voulais aider les gens, les soigner.

Cette envie d'aider les autres, tu comptes continuer à la cultiver ?
Oui mais elle a un peu évolué : je ne vais pas soigner des patients mais je compte bien apporter mes compétences d'ingénieure pour aider les autres. Pour cela, j'aimerai bien me spécialiser dans les systèmes embarqués et éventuellement rejoindre l'ingénierie médicale par ce biais.

Qu'est-ce qui t'avais attirée à l'ESME Sudria ?
L'école avait plusieurs avantages pour moi comme le fait que les trois premières années soient généralistes. Venant de médecine, cela m'a permis de pouvoir toucher un petit peu à tout et de ne pas me spécialiser tout de suite, sachant que je ne savais pas ce que je voulais faire après. Un autre atout pour moi, c'est son ancienneté. Cela signifie que l'école possède un bon réseau d'entreprises et que ça n'allait pas être très difficile de trouver un stage pendant mes études ni un travail à la sortie.

Maintenant que tu es en 3e année, qu'est-ce qui te plaît le plus dans tes études ?
À l'ESME Sudria, j'ai découvert l'informatique ! Je n'avais jamais pratiqué avant et cela me plaît pas mal, comme l'électronique d'ailleurs. J'aime beaucoup !

Quel conseil donnerais-tu à un étudiant qui, comme toi après un PACES, pourrait se réorienter vers l'ESME Sudria ?
En sortant de médecine, il aura déjà le bon rythme de travail à fournir donc ça ne lui posera pas de problème ! Le plus dur en fait, c'est la déception d'arrêter un parcours entamé et de décider de se réorienter : il ne faut pas baisser les bras et se dire qu'on peut toujours rebondir ! Il faut continuer à avancer. Ne pas réussir médecine n'est pas forcément un échec, bien au contraire : personnellement, ça m'a permis de découvrir une formation qui me plaît encore plus. Aujourd'hui, je me rends compte que j'adore ça. C'était un vrai nouveau départ.

L'ESME Sudria organise une journée spéciale PAES le jeudi 28 mai 2015 de 14 h à 18 h sur le campus Paris Montparnasse (40, Rue du Docteur Roux - 75015 PARIS).

portrait_ursula_etudiante_ingenieure_medecine_paces_paes_admissions_cursus_parcours_informatique_sante_etudes_2015_03.jpg

Partager cet article:

Votez pour Handi'Blind, le projet des étudiants de Benjamin Combe, Charles Herbelin et Clément Rondeau (ESME Sudria promo 2015) engagé dans la finale du Défi H !

  • 30/04/2015

Jusqu'au 12 mai, les internautes peuvent voter pour le projet du Défi H qu'ils jugent le plus prometteur parmi les 10 équipes engagées. Pour l'édition 2015 de ce concours mettant à l'honneur des projets étudiants contribuant à l'insertion professionnelle des personnes handicapées, l'équipe du projet Handi'Blind représente l'ESME Sudria. Pour la soutenir, n'hésitez pas à vous rendre sur la page dédiée !


Soutenez et suivez également Handi'Blind sur Facebook, Twitter et YouTube.

Partager cet article:

Les étudiants de l'ESME Sudria se préparent pour le Challenge du Monde des Grandes Écoles et Universités 2015

  • 29/04/2015

L'ESME Sudria s'entraîne intensivement pour le 6 juin, jour de l'édition 2015 du Challenge du Monde des Grandes Écoles et Universités (CMDGE), un Forum Métiers aux airs de compétition sportive créé par de grandes sociétés pour venir à la rencontre d'étudiants venus de toute l'Europe. Pour cette seconde participation de l'école (la première avait eu lieu en 2014), le Bureau des Sports (BDS) et sa présidente Pauline Pietroboni (ESME Sudria promo 2018) prépare plusieurs équipes d'athlètes, dont une toute nouvelle formation de pom-pom girls !

bureau_des_sports_esme_sudria_challenge_monde_grande_ecole_moody_beetroots_association_etudiants_01.jpg
Quel est le programme qui attend les supporters de l'ESME Sudria lors du CMDGE ?
Pauline Pietroboni : L'ESME Sudria aura des représentant(e)s dans les défis d'athlétisme - 100 m, saut en longueur, saut en hauteur, etc. Elle sera également présente dans les tournois de football - masculin et féminin - et de basketball masculin. Si, en 2014 pour la toute 1re participation de l'ESME Sudria, nous n'étions qu'une trentaine de participants de l'école, cette année, on espère être au moins 80 !
Aussi, nous venons de lancer une association de pom-pom girls au sein de l'école pour l'occasion. Cela fait plusieurs années que les étudiants de l'école disent y penser mais ça y est, c'est maintenant officiel : le jour du CDMGE 2015, les pom-pom girls de l'ESME Sudria seront enfin là !

Cela a-t-il été facile de créer cette association de pom-pom girls ?
Oui, plutôt ! Une fois l'annonce de la création de l'équipe de pom-pom girls, de nombreuses étudiantes se sont rapidement mobilisées, cela nous a même étonnés au sein du BDS ! Pour cette première, l'équipe est surtout constituée d'une dizaine d'étudiantes de 1re, 2e et 3e années. Par contre, on n'a pas encore trouvé de pom-pom boy : ce sera peut-être pour plus tard !
En ce qui concerne la chorégraphie, nous sommes en train de la préparer. C'est un étudiant de 1re année qui, de par le fait qu'il pratique la danse depuis de nombreuses années, nous donne des cours tous les mercredis. On s'entraîne à fond !


Qu'est-ce qui fait une bonne pom pom girl ?
Déjà, il faut avoir un bon physique ! Pour cela, nous courrons toutes les semaines ensemble et suivons des entraînements étudiés. À part ça, il faut juste de la volonté. Nos objectifs sont simples : mettre une bonne ambiance, faire parler de l'école et donner envie à d'autres filles de nous rejoindre !

Vos tenues sont-elles déjà prêtes ?
Pour les tenues et les pompons, l'école nous aide avec une subvention mais nous cherchons également d'autres sponsors. Si une entreprise souhaite nous contacter, elle le peut directement le faire, via notre page Facebook ou par email !

Retrouvez le Bureau des Sports de l'ESME Sudria sur sa page Facebook

bureau_des_sports_esme_sudria_challenge_monde_grande_ecole_moody_beetroots_association_etudiants_03.jpg


Le Bureau des Sports de l'ESME Sudria : une association qui n'arrête pas !
Outre le CMDGE, le BDS propose de nombreuses activités aux futurs ingénieurs les sportifs. Grâce à l'association, plusieurs équipes étudiantes évoluent ainsi dans nombreux championnats de sports collectifs pour affronter d'autres établissements, des Grandes Écoles comme des universités. En interne, le BDS propose également des tournois de pétanque, de foot, de handball, de futsal et de ping-pong ou encore des rendez-vous entre étudiants et Anciens pour assister ensemble - et dans la bonne humeur - à de grands rendez-vous sportifs.

Partager cet article:

Salon HelloWorld! 2015 : l'ESME Sudria Lille continue son aventure 3D !

  • 23/04/2015

Les 14 et 15 mars 2015 se tenait la 3e édition du salon HelloWorld! à Lille Grand Palais, un rendez-vous gratuit et ouvert au grand public où entreprises et étudiants présentaient les innovations de demain. Avec son stand consacré à l'impression 3D, l'ESME Sudria Lille a fait le plein de visiteurs. Parmi l'équipe animatrice du stand se trouvait Jean-François Marchal (ESME Sudria promo 2018), également membre actif de l'e-Smart Lab et vice-trésorier de l'association SudriAdditive récemment créée par l'école.

salon_helloworld_edhec_lille_grand_palais_esme_sudria_impression_3d_etudiants_cao_2015_01.jpg
Qu'est-ce que propose le salon HelloWorld! et comment l'ESME Sudria Lille s'y est-elle trouvée impliquée ?
En fait, HelloWorld! est un salon organisé par l'EDHEC pour proposer aux visiteurs de découvrir les nouvelles technologies à travers plusieurs stands mais aussi de participer à des tournois de jeux vidéo comme League of Legends ou HearthStone. L'EDHEC a invité l'ESME Sudria Lille pour lui confier un stand. C'est sur celui-ci que Guillaume Deshayes (ESME Sudria promo 2019), Guillaume Hoarau, Aurélien Vernizeau (ESME Sudria promo 2018) et moi-même, tous membres de l'e-Smart Lab, avons pu former les visiteurs à la conception assistée par ordinateur (CAO), qui est la manière de modéliser les objets afin d'ensuite les imprimer en 3D.

Outre l'initiation à la CAO, quelles étaient les activités que vous proposiez ?
Sur place, nous présentions aussi une imprimante 3D que nous avions nous-même réparée. L'avantage, c'était que notre stand était le premier stand d'impression 3D sur lequel les visiteurs du salon tombaient en pénétrant dans le Grand Palais. Cela signifie que nous pouvions dès le début répondre à toutes les questions qu'ils pouvaient se poser sur cette technologie que beaucoup côtoyaient pour la première fois : les matériaux, les opportunités, ce qu'on peut faire ou ne pas faire, etc. Dans l'ensemble, les gens étaient très intéressés et nous avons pu vraiment échanger avec eux, y compris avec ceux qui voulaient des explications plus techniques. Ça faisait vraiment plaisir !

salon_helloworld_edhec_lille_grand_palais_esme_sudria_impression_3d_etudiants_cao_2015_02.jpg
Pour le grand public, l'impression 3D paraît souvent plus simple qu'il n'y paraît. Le fait de leur avoir fait découvrir la CAO a-t-il changé le point de vue des visiteurs ?
Disons que les gens n'ont généralement pas conscience que pour imprimer en 3D l'objet qu'ils souhaitent, cela passe nécessairement par la maitrise de la CAO. Il y a bien sûr des sites open source où se trouvent déjà plusieurs modèles disponibles prêts à imprimer mais, pour peu qu'on soit plus créatif, la CAO est une étape obligatoire. Je pense que le public a pu en prendre conscience avec notre stand !

Avez-vous également profité du salon pour tisser des liens avec d'autres exposants ?
Oui ! Nous avons notamment rencontré une autre personne venue parler de l'impression 3D qui travaille pour l'entreprise Dagoma. Nous avons tissé de très forts liens avec elle, si bien que nous collaborons désormais avec Dagoma à travers notre association SudriAdditive : nous allons organiser une journée en juin sur le campus de Lille où les participants qui auront déboursé 300 euros recevront leur imprimante 3D Dagoma en kit à monter eux-mêmes avec notre assistance si besoin.

salon_helloworld_edhec_lille_grand_palais_esme_sudria_impression_3d_etudiants_cao_2015_03.jpg

Partager cet article:

Les Mardis de l'ingénieur : l'ESME Sudria reçoit Frédéric Magnen (ESME Sudria promo 1990), directeur des ventes et du développement Europe-Asie à Essilor Instruments, le mardi 5 mai 2015

  • 21/04/2015

Devenir ingénieur, c'est voir s'ouvrir plusieurs portes menant vers différentes opportunités, aussi bien dans la technique pure que dans le management. Si l'ingénieur a donc le choix, quand et comment doit-il prendre sa décision ? Pour répondre à cette question, l'ESME Sudria invite Frédéric Magnen (ESME Sudria promo 1990), directeur des ventes et du développement Europe-Asie d'Essilor Instruments, le mardi 5 mai 2015. Dans le cadre des Mardis de l'ingénieur de l'école, cet Ancien animera la conférence « Ingénieur / Manager : faut-il choisir ? ».

mardis_ingenieur_mai_2015_invite_magnen_essilor_instruments_manager_etudiants_professionnel_conference_01.jpg
De chef de projet export à directeur des ventes, en passant par les achats, le management et le conseil, Frédéric Magnen a évolué à différents postes et goûté à de nombreuses responsabilités depuis l'obtention de son diplôme de l'ESME Sudria. Un parcours diversifié et varié sur lequel il reviendra durant cette conférence qui démontre qu'un ingénieur a la possibilité d'évoluer tout au long de sa vie professionnelle.

Les Mardis de l'ingénieur avec Frédéric Magnen : « Ingénieur / Manager : faut-il choisir ? »
Le mardi 5 mai à 19 h à l'ESME Sudria - Paris-Montparnasse.
40-42 rue du Docteur Roux
75015 Paris

Pour vous inscrire, merci de remplir le formulaire en ligne
Contacts : communication@esme.fr - 01 56 20 62 51
Suivez et participez à la conférence sur Twitter avec les hashtags #ConfESME


mardis_ingenieur_mai_2015_invite_magnen_essilor_instruments_manager_etudiants_professionnel_conference_02.jpgÀ propos des Mardis de l'ingénieur de l'ESME Sudria :
Les Mardis de l'ingénieur sont un cycle de conférences à destination des futurs ingénieurs formés par l'ESME Sudria et du grand public. À chaque édition, l'école accueille une personnalité importante notamment dans les champs scientifique, économique ou managérial. Ces échanges sont l'occasion de mieux appréhender la place qu'occupent les ingénieurs dans les entreprises, où dynamisme et innovation sont de mise. Retrouvez les dernières conférences d'Élodie Dahan (ESME Sudria promo 2003, cofondatrice de la start-up OsmoBlue), de Laurent Labansat Bascou (directeur des opérations pour Thales et Omnisys au Brésil), de Khaled Draz (directeur général de CS Systèmes d'information) et de Vincent Cottenceau (ESME Sudria 1999, commandant de l'Armée de terre).

Partager cet article:

Recherche

Archives

Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 094 1953 M - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :