INGÉNIEuRS DE TOuS LES POSSIBLES
École d'Ingénieurs reconnue par l'État depuis 1922
Diplôme d'Ingénieur habilité par la CTI
Membre de la Conférence des Grandes Écoles (CGE)
Membre de l'Union des Grandes Écoles Indépendantes (UGEI)

Le blog de l'ESME Sudria

Vous êtes ici :

Archives Dans la presse

Le nouveau IONISMag est en ligne

  • 04/11/2014

Le numéro 27 du magazine de IONIS Education Group vient de sortir.
Au sommaire de ce numéro d'automne :

  • Un Grand Entretien avec Marie-Laure Sauty de Chalon, PDG d'Aufeminin.com, pour qui « les femmes manquent de rôles modèles auxquels elles peuvent s'identifier ».
  • Une interview de Marc Sellam, président-directeur général du Groupe IONIS.
  • Les innovations de la rentrée dans les écoles.
  • IONISx, l'enseignement numérique par IONIS Education Group.
  • Les remises des titres du Campus technologique et de l'ISEG Group.
  • Les Grands Projets d'e-artsup.
  • Cristal, l'association entreprise de l'EPITA et d'Epitech.
  • Et les rubriques habituelles : Ils enseignent, ils publient ; Paroles d'Ancien(ne)s ; Entrepreneurs ; Au cœur des écoles...

Bonne lecture !

Partager cet article:

Le projet étudiant NeuroMove récompensé

  • 10/07/2014

Figurant parmi les projets phares du Symposium 2014, NeuroMove vient d'être récompensé par les jurys nationaux et régionaux de la 16e édition du Concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes, renommée i-LAB cette année. Ce prix « Île-de-France Est » de la catégorie « en émergence » du concours salue ainsi Pierre Pagliughi, Grégoire Lerondeau et Kevin Martins (ESME Sudria promo 2014) pour leur idée de fauteuil roulant électrique contrôlé par le biais des ondes cérébrales. Il est accompagné d'une subvention qui permettra aux trois étudiants de potentiellement lancer leur propre entreprise et continuer à développer leur projet. Bravo à eux !

concours_national_neuromove.jpg


Partager cet article:

L'exosquelette Hercule, invité du JT de France 2

  • 14/03/2014

Dans son édition du jeudi 13 mars, le 20 h de France 2 recevait sur son plateau un invité un peu particulier puisqu'il s'agissait d'Hercule, l'exosquelette conçu avec l'ESME Sudria !

exo-hercule-JT.jpg
Présenté (et essayé) par le journaliste Nicolas Chateauneuf, Hercule est le premier exosquelette professionnel européen. Destiné à assister l'homme dans ses mouvements, il permet à son porteur de porter une charge de 100 kg en marchant à 5 km/h, pendant une durée de cinq heures. Le projet, financé par la Direction générale de l'armement (DGA) a été élaboré pendant 26 mois par la société française spécialisée dans l'assistance aux gestes, RB3D, en collaboration avec le laboratoire de robotique du commissariat à l'énergie atomique (CEA) et l'ESME Sudria.

Retrouvez l'extrait du JT de France 2 en replay.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de l'ESME Sudria consacrée à Hercule.

Partager cet article:

Découvrez le dernier IONIS Mag

  • 12/12/2013

Chaque trimestre, le IONIS Mag revient sur les temps forts et les moments marquants de la vie des écoles de IONIS Education Group.

Au menu de ce nouveau numéro :

Et plein d'autres choses à découvrir ci-après.

Bonne lecture !

Partager cet article:

Le nouveau IONISMag est sorti

  • 21/06/2013

Le numéro 22 du magazine de IONIS Education Group vient de sortir.

Au sommaire de cette nouvelle édition :

  • La Génération Z : qui est-elle ?
  • Retour sur l'Université de la Terre : « le meilleur est à venir ».
  • « Apprendre » sous toutes ses formes : découvrez les différentes conférences organisées par les écoles.
  • Le GRiiSG, le laboratoire de l'ISG au service de la gestion et du management.
  • Les remises des titres et des diplômes des promotions 2012.

Bonne lecture !

Partager cet article:

A quoi ressemblera l'équipement du soldat du futur ?

  • 29/06/2012
L'exosquelette Hercule, conçu avec la participation de l'ESME Sudria, s'est fait remarquer au salon international de la Défense et de la Sécurité terrestre qui s'est tenu du 11 au 15 juin.

Hercule2.jpgPlus de 1 400 exposants venus de 53 pays et plus de 53 000 visiteurs professionnels (dont 55 % internationaux) se sont pressés au salon Eurosatory 2012, qui s'est tenu à Villepinte, du 11 au 15 juin derniers. Un vrai succès pour le salon de la Défense et de la Sécurité terrestre - et pour Hercule, retenu par les médias comme l'une des innovations marquantes devant constituer l'arsenal du soldat du futur (voir à ce sujet les articles de la Tribune, du Républicain Lorrain ou encore le reportage vidéo de BFMTV).

Un robot utile à l'armée

Premier exosquelette européen, Hercule - un cobot (« robot collaboratif ») destiné à assister l'homme dans ses mouvements, permet à son porteur de porter une charge de 100 kg en marchant à 5 km/h, pendant une durée de quatre heures. Le projet, financé par la Direction générale de l'armement (DGA) a été élaboré pendant 26 mois par la société française spécialisée dans l'assistance aux gestes, RB3D, en collaboration avec le laboratoire de robotique du commissariat à l'énergie atomique (CEA) et l'ESME Sudria. Il a été achevé à la fin de l'année dernière.

"L'exosquelette devrait être utilisé le cas échéant plutôt à l'arrière que sur le front, explique Léo Amar, ingénieur de recherche et enseignant-chercheur à l'ESME Sudria, qui a participé au projet. On pourrait imaginer qu'il soulage l'effort du combattant en logistique, dans le transport de blessés, de munitions et en particulier des obus qui se font encore beaucoup à bras d'hommes, au moment du transfert dans les hélicoptères de combat ou bien les avions de chasse."

Hercule, élément d'un arsenal innovant

Sur le salon, à côté d'Hercule, d'autres équipements innovants du soldat du futur qui accompagneront peut-être ce dernier ont retenu l'attention des visiteurs et de la presse :

  • Le mini-robot terrestre Minorogen pour le Génie, produit par la société ECA, est destiné aux équipes de l'armée de terre pour sécuriser des terrains en détectant les explosifs. Grâce à sa légèreté (6 Kg), sa petite taille et ses caméras embarquées, cet outil télécommandé permet d'inspecter les endroits difficiles d'accès.
  • La caméra passe-murailles, MilliCam, développée par la PME MC2 Technologies avec le soutien de la DGA, peut détecter la présence humaine à travers un mur et visualiser des objets à travers des matériaux « durs » sans se faire repérer. Elle peut réaliser des images à courte et moyenne distance, que ce soit en intérieur ou en extérieur, de jour ou bien de nuit.
  • Conçu par le groupement d'entreprises Nexter Systems et Renault Trucks Défense, le premier véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) est fait pour permettre le support d'un groupe de soldats équipés du système Felin (Fantassin à équipements et liaisons intégrés).
Partager cet article:

Le numéro 18 de IONISMag est sorti

  • 19/06/2012

Découvrez le dernier numéro du magazine de IONIS Education Group

Au menu de ce numéro de fin d'année universitaire :
 
• SUP'Internet : Les métiers de l'Internet autrement
 • Les métiers des biotechnologies
 • Conférences : Innovation, Internet, transition énergétique, marques et temps...
 • Evénements : "Viens créer ton jeu", MCE Awards, Printemps du sang, Moda Domani...
 • Portraits d'entrepreneurs sortis de l'école
 • Des publications de professeurs
 • Le grand quiz de l'été 2012 de l'ISTH
 
Et d'autres surprises...
 
Bonne lecture !

Partager cet article:

A quoi rêvent les futurs ingénieurs?

  • 07/02/2012
Dans son enquête sur l'excellence française, le magazine Entreprendre (n° 257 / février 2012) part à la rencontre de l'ESME Sudria.

« Depuis plus d'un siècle, cette école d'ingénieurs a su s'adapter aux évolutions des technologies et de l'innovation, sans perdre les principes de base d'une formation alliant savoir-faire et savoir-être, explique Entreprendre en couverture de son dossier consacré aux grandes écoles françaises. Alors que la réindustralisation est au cœur des débats, les ingénieurs sont toujours très courtisés. D'autant que le modèle français a fait ses preuves. Et les futurs diplômés peuvent envisager l'avenir avec sérénité. » Et le magazine de revenir sur « l'évolution rapide » de l'ESME Sudria qui a su ne pas limiter son enseignement à de la technique, mais qui « cherche aussi à développer des savoir-être : esprit d'innovation, culture du projet et de l'initiative, ainsi qu'une  large ouverture internationale, humaine, culturelle et scientifique. »

L'article, titré « A quoi rêvent les futurs ingénieurs ? », contient également un entretien avec Roger Ceschi, directeur de l'école.

entreprendre.jpg


Magazine Entreprendre - n°257 - février 2012 



Partager cet article:

L'ESME Sudria répond aux attentes des lycéens

  • 03/02/2012

3NouvelObs-logo.gifL'école a été classée première école d'ingénieurs sous statut privé en 5 ans dans le palmarès des lycéens par Le Nouvel Observateur. Etude réalisée sur un panel de 153 écoles.
 
Dans son édition du 26 janvier, Le Nouvel Observateur propose le premier classement permettant de comparer toutes les grandes écoles de France (commerce, ingénierie, communication, art...) en fonction de la correspondance entre leurs performances et les attentes des lycéens. Au sein de ce palmarès, l'ESME Sudria a été classée première école d'ingénieurs sous statut privé en 5 ans.
 
Les critères retenus par le classement pondérés en fonction de l'importance que leur accordent les lycéens étaient l'obtention d'un travail à la sortie, la rémunération, le coût de la formation, l'intérêt ou l'utilité du métier, le caractère ouvert de la formation, la souplesse et la diversité du cursus, la convivialité de l'ambiance et l'ouverture sur le monde.

ESME Sudria, ingénieurs de tous les possibles
 
L'ESME Sudria forme des ingénieurs multidisciplinaires, professionnels majeurs des secteurs et des technologies d'avenir. Cette réalité tient aux trois composantes de sa modernité pédagogique : l'importance de l'esprit d'innovation ; l'omniprésence du projet et de l'initiative, une très large ouverture internationale, humaine, culturelle ou scientifique. Les diplômés de l'ESME Sudria ont comme vocation de s'engager dans les secteurs et les métiers qui font changer et progresser le monde, bénéficiant de la relation exceptionnelle entre l'école et les entreprises.

 

Partager cet article:

Sortie prochaine de l'exosquelette Hercule

  • 11/01/2012

L'ESME Sudria a participé à la conception de ce robot collaboratif, capable d'accroître les forces d'un individu.

Hercule1.jpgC'est un équipement qui pourra trouver des applications aussi bien pour les combattants du futur que pour les groupes d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) ou les handicapés. L'exosquelette Hercule - un cobot (« robot collaboratif ») destiné à assister l'homme dans ses mouvements, permet à son porteur de porter une charge de 100 kg en marchant à 5 km/h, pendant une durée de quatre heures. Le projet, financé par la direction générale de l'armement (DGA) a été conçu sur 26 mois par la société française spécialisée dans l'assistance aux gestes RB3D en collaboration avec le laboratoire de robotique du commissariat à l'énergie atomique (CEA) et avec l'ESME Sudria. Il s'est achevé à la fin de l'année 2011.
 
Un système très sophistiqué
 
Il s'agit du premier exosquelette européen. « Trois autres réalisations existent à ce jour dans le monde. Mais à la différence des robots japonais ou des appareils américains, cet équipement ne nécessite pas de positionner des capteurs à même la peau et n'utilise pas une technologie hydraulique encombrante », relève Serge Grygorowicz, le PDG de RB3D. En ce sens, il s'agit d'une première mondiale.
 
« Le principe d'Hercule repose sur la transparence mécanique, concept tel que la mécanique elle-même, associée à un dispositif de contrôle-commande adéquat compense, vis-à-vis de l'utilisateur, les efforts que celui-ci serait amené à produire, précise Hervé Laborne, ancien directeur de l'ESME Sudria et pilote du projet pour l'école. Quelle que soit la charge embarquée, l'utilisateur ne transporte que son propre poids - le "système de contrôle commande" se chargeant du reste. Le dispositif est de plus entièrement réversible en ce sens que l'intégralité de l'énergie cinétique disponible est convertie en énergie électrique chaque fois que cela est possible. En termes de systèmes "cobotiques embarqués", la France rejoint en deux ans les pays les plus avancés dans ce domaine : les Etats Unis, le Japon et Israël. »
 
Une participation active de l'école
 
Hercule2.jpgL'ESME Sudria s'est occupée de tout ce qui concerne la partie hardware de l'électronique de commande des axes de l'exosquelette : le système de commande, l'électronique de traitement du signal, la mise en œuvre temps réel du traitement de l'information, la gestion et l'optimisation énergétique du système. « Par sa participation à un projet d'une telle envergure, l'école a démontré qu'elle possédait les compétences lui permettant de s'associer à des projets complexes à l'instar des laboratoires de recherche les plus prestigieux de France », explique Hervé Laborne.
 
Le projet, qui se termine fin décembre 2011, devrait être commercialisé d'ici 2014. Au cours du salon mondial de la sécurité intérieure des états, en octobre dernier, Aurélie Riglet, le pilote d'essais, a arpenté les allées du salon, équipée des jambes d'Hercule - un sujet d'étonnement pour les visiteurs.

Partager cet article:

Recherche

Archives

Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 094 1953 M - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :